› International

Zimbabwe: des officiers démentent un coup d’Etat militaire

Le général Sibusio Moyo a lu un communiqué à la télévision nationale ZBC, dans la nuit de mardi à mercredi 15 novembre 2017. Les militaires ont affirmé être intervenus contre des «criminels» de l'entourage du président Mugabe. © capture d'écran de la télévision ZBC.

Des officiers ont démenti ce mercredi matin 15 novembre à la télévision publique qu’un coup d’Etat soit en cours au Zimbabwe. Plus tôt, des militaires avaient pris possession du siège de la radiotélévision publique ZBC. Plusieurs bâtiments officiels sont sous le contrôle de l’armée qui déclare avoir procédé à des arrestations dont celle du ministre des Finances, Ignatius Chombo, un proche de Grace Mugabe.

Des soldats ont pris le contrôle de la radiotélévision et de plusieurs bâtiments publics et officiels dans la nuit.

► Dans une déclaration à la radiotélévision nationale, le général Sibusiso Moyo nie que cette opération soit un coup d’Etat et assure qu’elle vise les seuls « criminels » dans l’entourage du président Robert Mugabe.

► Plusieurs personnalités dont le ministre des Finances, Ignatius Chombo, ont été arrêtées.

► En Afrique du Sud, le président Jacob Zuma s’est dit opposé à tout changement de régime « inconstitutionnel ».

Tout a commencé aux toutes premières heures ce mercredi, des témoins faisant état de plusieurs explosions dans la capitale zimbabwéenne Harare et de soldats au siège de la radiotélévision publique ZBC. La confusion a régné pendant quelques heures.

« Ce n’est un coup d’Etat », assurent les militaires

Aux alentours de 4h du matin, dans une adresse lue à la télévision publique, le général Sibusio Moyo, a démenti qu’un coup d’Etat soit en cours au Zimbabwe. Ce n’est pas « un coup d’Etat militaire », a-t-il assuré.

Texte de la déclaration lue à la télévision publique ZBC dans la nuit du mardi au mercredi 15 novembre par des militaires. © twitter

►à droite, le texte de la déclaration, cliquez pour agrandir

Le militaire assure que Robert Mugabe et sa famille étaient sains et saufs, alors que peu avant, l’AFP, citant un témoin, avait rapporté des échanges de tirs nourris près de sa résidence privée. « Nous ne faisons que viser les criminels qui l’entourent (…) dès que notre mission sera accomplie, nous nous attendons à ce que la situation retourne à la normale », déclare le général Moyo qui lisait le message.

L’entourage de Grace Mugabe visé ?

Pas un coup d’Etat mais tous les ingrédients sont là. Selon l’agence Reuters, l’armée bloque l’accès aux bâtiments officiels (ministères, Parlement, tribunaux) et plusieurs personnalités, dont le ministre des Finances, Ignatius Chombo, seraient détenues par les militaires. Ce dernier serait un représentant de la « Génération 40 » (G40), une frange plus jeune de membres du parti au pouvoir Zanu-PF, emmenée par la femme du président, Grace Mugabe, qui occupe une place importante dans les cercles du pouvoir et entend succéder à son mari à la présidence.

 



Bon plan
Publié le 26.02.2020

Monument à la gloire des soldats congolais

C'est un mémorial érigé en l'honneur des soldats congolais. Il y a trois soldats représentés sur ce monument. Ce sont trois hommes de plus ou…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Kinshasa et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut