Société › Actualité

Walikale : des militaires accusés d’ériger des barrières illégales

Walikale, droits reservés.

Pour la société civile, les militaires obligent les passants à payer entre 500 et 2500 francs congolais avant d’accéder à une des sept localités de ce territoire.

La société civile de Walikale (Nord-Kivu) accuse des éléments des Forces armées de la RDC (FARDC) d’ériger illégalement des barrières à l’entrée des sept localités du ce territoire dont Kashalala, Kibua, Itebero, Tchabakungu, Osso, Cité II et Mpito.

D’après ces sources de la société civile, les militaires obligent les passants à payer entre 500 et 2500 francs congolais avant d’accéder à une des localités.

Le porte-parole des opérations Sokola II, le major Guillaume Ndjike affirme qu’il s’agit plutôt des barrières circonstancielles, installées par des militaires pour le contrôle des mouvements de la population dans ces zones considérées comme opérationnelles par l’armée.

« Nous sommes dans une zone opérationnelle, et que les opérations de traque contre tous les groupes armés sans aucune préférence se passe dans toute cette que vous évoquez. Alors, les opérations, c’est aussi ces barrières circonstancielles, les opérations c’est aussi le bouclage » explique le major Ndjike.

Il assure cependant que ces barrières ne sont pas installées pour que les militaires perçoivent l’argent de la population. « S’il s’avère qu’il y a des éléments des FARDC qui érigent des barrières pour percevoir de l’argent sur la population, soyez rassurés que nous allons mettre la main dessus et ils vont répondre de ces forfaits » a-t-il promis.

 



Bon plan
Publié le 26.02.2020

Monument à la gloire des soldats congolais

C'est un mémorial érigé en l'honneur des soldats congolais. Il y a trois soldats représentés sur ce monument. Ce sont trois hommes de plus ou…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Kinshasa et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut