Société › Education

UPN : les professeurs brandissent à nouveau la menace de la grève

https://www.journaldekinshasa.com/wp-content/uploads/2019/02/UPN-13-OKOK.jpg
UPN

Le paiement de manque à gagner, c’est en effet la plus grande revendication des professeurs d’universités congolaises notamment, ceux de l’Université pédagogique nationale (UPN).

Dans cette alma mater située dans la commune de Ngaliema, des voix s’élèvent déjà et se déclarent prêt à reprendre la grève, quand bien même que les enseignants d‘autres établissements, spécialement ceux de l’Université de Kinshasa (UNIKIN) préfèrent encore attendre, même si le délai est passé, la suite de la présidence qui avait promis de régler cette situation de manque à gagner.

Bien qu’il faille, en amont, la tenue d’une Assemblée générale des professeurs pour confirmer le déclenchement ou non de la grève, le corps professoral de l’UPN murmure déjà. Pour quelques cadres interrogés, c’est depuis la semaine dernière que la paie devrait normalement débuter, à en croire la promesse faite par le ministre de l’ESU, Steve Mbikayi, dans la ligne droite de la rencontre des professeurs avec le directeur du cabinet du chef de l’Etat, Vital Kamerhe.

Les professionnels de la craie de l’UPN attendent ainsi le paiement rapide de leur manque à gagner au risque de lancer un nouveau mouvement de grève. Cette situation chagrine d’ores et déjà les étudiants de cette université dans la mesure où les examens de la mi-session sont prévus dans quelques jours. Interviewés, ils ont avoué avoir appris les échos d’une quelconque grève à venir, mais jusque-là, tout semble bien se dérouler dans leur institution académique. « Nous avons appris qu’il y aurait bientôt grève…

Les professeurs enseignent normalement pour l’instant. D’ailleurs, nous sommes en attente de l’horaire pour les examens de la mi-session », a déclaré une étudiante. Ces apprenants espèrent par ailleurs que cette problématique sera réglée et que les professeurs ne vont pas arrêter d’enseigner.

Calme à l’Unikin 

Contrairement à l’UPN, la situation se présente autrement à l’Unikin. Là-bas, les professeurs affirment aussi attendre le son de cloche des autorités qui avaient promis de payer le manque à gagner. Cependant, d’après le professeur Kitombole, ancien président de l’Association des professeurs de l’Unikin (APUKIN), il n’y a point de menace de grève dans cet établissement. « Il y a des discussions avec le gouvernement. Si elles sont bloquées, alors on peut prétendre à une grève après tout de même la tenue d’une Assemblée », a-t-il déclaré.

Video

Vos paris sportifs
À LA UNE
Retour en haut