Société › Education

UNIGOM : les étudiants en colère

Les étudiants de l'UNIGOM protestent contre le paiement des frais dits de construction des infrastructures académiques, fixés à 20 dollars américains.

Ils protestent contre le paiement des frais dits de construction des infrastructures académiques, fixés à 20 dollars américains.

Les étudiants de l’Université de Goma (UNIGOM), ont exprimé leur mécontentement à travers une marche le mercredi 18 avril 2018. Ils protestent contre le paiement des frais dits de construction des infrastructures académiques, fixés à 20 dollars américains. Ils estiment que, les frais sont payés depuis 2011 mais rien n’est fait pour construire les infrastructures de l’université.

La marche est partie de l’entrée Office des routes et s’est achevée au gouvernorat de cette province où les étudiants ont déposé un mémorandum adressé au ministre de l’Enseignement supérieur et universitaire, Steve Mbikayi.

“C’est depuis 2011 que nous payons 20 dollars des frais de construction mais jusqu’à ce moment, rien n’est fait par les autorités académiques. Et nous, nous disons non, parce que les autorités académiques voulaient majorer les frais de construction à 50$ suite à l’application de la circulaire du ministre. C’est ainsi que nous demandons au ministre de l’ESU de s’impliquer dans cette situation à l’UNIGOM si on veut que nous soyons l’espoir de ce pays. Que le comité de gestion puisse expliquer où sont partis les fonds que nous payons depuis 2011 pour la construction. A défaut, qu’ils aient la sagesse de démissionner mais leur démission ne les épargnera pas de rembourser l’argent. Sinon, ils seront poursuivis pour détournement des deniers publics”, a dit l’étudiant Eliezer Ushindi.

Après une semaine d’arrêt de cours à l’UNIGOM, ceux-ci ont timidement repris lundi 16 avril dans cet établissement d’enseignement universitaire. Les étudiants et les membres du comité de gestion ne s’accordent pas sur le paiement des frais académiques au taux de 920 FC le dollar US tel que fixé par le ministère de l’ESU.

À LA UNE
Retour en haut