Société › Actualité

Tué par la police, la toile réserve à Rossy Mukendi un florilège d’hommages

Plusieurs followers ont changé le profil de leurs comptes Facebook. D’autres encore sont allés scroller son compte Facebook pour y découvrir sa personnalité. Ils ont repris les phrases fortes qui incarnaient son combat pro-alternance, pro-démocratie et pro-développement.

La toile rend un bel hommage à Rossy Mukendi, atteint mortellement le 25 février par une balle tirée par un policier alors qu’il participait à une marche organisée par les Laïcs catholiques afin d’exiger l’application intégrale de l’Accord de la Saint Sylvestre.

Plusieurs followers ont changé le profil de leurs comptes Facebook.

D’autres encore sont allés scroller son compte Facebook pour y découvrir sa personnalité. Ils ont repris les phrases fortes qui incarnaient son combat pro-alternance, pro-démocratie et pro-développement.

Ainsi, « Le peuple gagne toujours » une de ses phrases choc est repris par plusieurs férus des réseaux sociaux.

À la fois intellectuel et sportif de haut niveau, il pratiquait les arts martiaux et avait remporté une médaille d’or aux Jeux Africains au Cameroun, Rossy Mukendi Tshimanga avait une plume aiguisée.

« Nous allons colorer le sol rouge de notre sang, pourvu que nos enfants ne vivent pas esclaves demain… Quand la mort viendra, je partirai fier d’avoir défendu un idéal », écrivait-il. Ses écrits prémonitoires ont été abondamment relayés sur les réseaux sociaux.

Cette mort gratuite, oeuvre de la soldatesque, fait beaucoup de mal à la jeunesse congolaise qui le pleure à sa façon.

Elle dessert en revanche le pouvoir car il risque de payer cash les fautes de la police dans les urnes.

*Mais que sait-on exactement de l’infortuné ?*

Âgé de 36 ans, Rossy Mukendi est marié et père de deux enfants, un garçon et une fille.
Il est assistant à l’Université Pédagogique Nationale, UPN.

Il est médaillé d’or en arts martiaux lors des Jeux Africains au Cameroun. Plusieurs fois champions du Congo en Jiu-jitsu.

Il est aussi initiateur du Mouvement citoyen Collectif 2016.

Le « Pandijila vaillant », (vaillant éclaireur, Ndlr) comme il aimait s’appeler, s’en est allé pour de bon mais sa mémoire est entré au Panthéon de congolais.

Il vient hélas allonger la longue liste de morts évitables que sont notamment l’aspirante Dechade Kapangala Mwanza et Hussein Ngandu.

 



Bon plan
Publié le 26.02.2020

Monument à la gloire des soldats congolais

C'est un mémorial érigé en l'honneur des soldats congolais. Il y a trois soldats représentés sur ce monument. Ce sont trois hommes de plus ou…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Kinshasa et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut