Politique › Sécurité

Thambwe Mwamba promet des sanctions contre les auteurs de la répression des manifestations

Thambwe Mwamba, ministre de la justice

Le ministre de la Justice promet de faire injonction au procureur général de la République (PGR) pour l’ouverture d’un dossier judiciaire contre les présumés auteurs des violations des droits de l’homme indexés dans le rapport de la commission d’enquête mixte.

Le rapport qui accuse notamment les forces de l’ordre d’avoir recouru à l’usage disproportionné de la force lors des dernières marches des fidèles catholiques, a été remis à Alexis Thambwe pour des poursuites. «Une copie sera destinée au procureur général. Une autre à l’auditeur général. Et quand le procès va commencer, ce sera en audience publique. Il n’y a pas de raison que le procès soit à huis-clos. Il faut que l’opinion soit au courant de ce que nous sommes en train de faire», a réagi les gardes des sceaux à l’issue de sa rencontre de ce jeudi 28 juin 2018, avec la ministre des Droits humains, Marie-Ange Mushobekwa.
Le ministre de la Justice Alexis Thambwe Mwamba a assuré qu’il y aura tolérance zéro pour les éléments de la police et de l’armée auteurs des violations des droits de l’homme sur l’étendue du pays. Selon le ministre de la justice, le gouvernement a fourni des efforts pour sanctionner les responsables des atteintes aux droits de l’homme au sein des forces de l’ordre et de sécurité. «Contrairement à toutes les propagandes qui se font contre le pays, nous faisons ici beaucoup plus que dans d’autres pays qui ne sont pourtant pas aussi indexés dans des rapports de la communauté internationale comme nous (…) Le principe que nous avons adopté c’est la tolérance zéro vis-à-vis des militaires qui ont commis des violations des droits de l’homme», a expliqué le ministre.

Plus de 10.000 militaires poursuivis par la justice

D’après Thambwe Mwamba, le nombre des militaires poursuivis actuellement par la justice va croissant au fil du temps alors que cela, dit-il, était un fait rare il y a quelques années en RDC. «Ce que beaucoup ne savent pas c’est que dans la plupart des pays africains, il y a très peu des militaires qui soient en prison. Et dans notre pays, il y a quelques années, les seuls militaires qui étaient en prison c’est ceux qui n’avaient pas respecté les consignes, ils avaient perdu leurs armes. Mais aujourd’hui nous avons à peu près 3.500 militaires dont les dossiers ont été fixés et qui sont devant les juridictions actuellement. Et nous avons à peu près 4.000 militaires qui sont devant l’auditorat général. Donc en gros, il y a plus de 10.000 militaires qui font l’objet des poursuites. Sur les 26.000 prisonniers à travers la République, il y a 3000 militaires qui sont condamnés, y compris les généraux, les colonels, etc », dit le ministre.
Cette déclaration de Thambwe Mwamba intervient un jour après la publication du rapport des experts des Nations Unies qui accuse l’armée et les miliciens de Kamwina Nsapu de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité lors des violences éclatées en août 2016 dans l’espace Kasaï.

 



Bon plan
Publié le 26.02.2020

Monument à la gloire des soldats congolais

C'est un mémorial érigé en l'honneur des soldats congolais. Il y a trois soldats représentés sur ce monument. Ce sont trois hommes de plus ou…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Kinshasa et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut