Eco et Business › Finance

Sud-Kivu : Nyamugabo maintien la taxe sur passager.

Me Claude Nyamugabo

La réaction du gouverneur du Sud-Kivu autour de la suspension de la taxe sur passager ravive le débat qu’on pensait du moins clos.

Claude Nyamugabo n’est pas passé par deux chemins,  il est déterminé a réactivé cette taxe dans un délai pas long.

Selon une source proche du numéro 1 du Sud-Kivu, le gouverneur Nyamugabo a promis que cette taxe sera prochainement perçue, battant en brèche les arguments de son illégalité. Claude Nyamugabo parle plutôt d’un problème d’application de cette taxe.

« Je ne voudrais pas qu’on revienne sur ce débat. Il faut qu’on cesse de croire que le gouverneur est là pour créer des taxes, c’est une taxe prévue dans le budget 2018. C’est vrai qu’il y a eu des problèmes dans l’application, j’ai décidé de suspendre, mais sachez que la taxe est toujours là et pourra rejaillir à tout moment avec plus d’explications pour que la population comprenne », a déclaré le gouverneur du Sud-Kivu.

Cette annonce de Claude Nyamugabo risque de surchauffer encore une fois les esprits dans le camp des acteurs de la société civile et des mouvements citoyens. Certains parlaient déjà d’une victoire « contre l’arbitraire ».

La forme de la taxe.

Quelle forme prendra alors la taxe sur passager « nouvelle formule » ? Des indiscrétions au sein de l’équipe gouvernementale annoncent qu’elle pourrait être incorporée dans le billet de voyage dans certains cas pour ne plus revivre la même erreur due à son recouvrement.

D’ailleurs, dans l’entendement de ceux qui l’ont mise sur pieds, il fallait qu’elle soit payée par les responsables d’agences et non des passagers « comme c’était une taxe collectée » apprend-on à la Direction provinciale de mobilisation et d’encadrement des recettes (DPMER).

Une position réconfortée par celle d’un autre cadre au sein de la DPMER au début de la problématique de paiement de cette taxe. Celui-ci expliquait a nos confrères de  Laprunellerdc.info qu’en principe cette taxe devrait être payée par les agences et non les personnes.

À LA UNE
Retour en haut