Eco et Business › Ressources minières

Sénat : exploitation frauduleuse du cobalt au centre du débat

L’exportation frauduleuse du cobalt par certaines entreprises minières dans l’hinterland minier de l’ancienne province du Katanga a été au centre, jeudi, d’un débat engagé au sénat, à la suite d’une question orale avec débat du sénateur flore Musendu, rapporteur de la chambre haute du parlement, adressée au ministre des mines.

Dans sa question orale, au cours d’une séance plénière sous la direction du président du sénat, Léon Kengo Wa Dondo, l’auteur a relevé qu’en dépit de la hausse significative des cours des métaux en ce dernier trimestre de l’année 2017, certaines entreprises ayant stocké des sels minéraux ont parlé des hydrates de cobalt, commercialisés sous forme des briques comme matériels de construction, sans déclarer le contenu du métal.

Pour lui, cette pratique relève d’une intention coupable de fraude en vue de se soustraire à la fiscalité et constitue de ce fait une violation de la législation fiscale. Ce camouflage d’exportation du véritable cobalt constitue un manque à gagner pour le pays, a-t-il précisé.

Dans sa réponse, le ministre des mines, martin Kabwelulu a articulé son argumentation autour de l’exploitation de l’hydroxyde de cobalt (hydrate du cobalt) dans les actuelles provinces du haut-Katanga et du Lualaba. Il a affirmé qu’il avait eu des informations négatives à ce sujet et que si une telle exportation existait, elle ne serait pas encadrée par le ministère des mines. « Je sollicite votre concours pour nous apporter suffisamment d’informations vérifiables », a-t-il lancé aux sénateurs. Un débat a été engagé par la plénière avant que le ministre des mines ne sollicite un délai pour répondre aux préoccupations des sénateurs.

 

Video

Vos paris sportifs
1xbet
À LA UNE
Retour en haut