International › APA

Russie-Ukraine : au nom de l’Afrique de l’Ouest, Embalo pousse à la paix

Malgré l’enlisement, le président de la Cédéao estime que les belligérants peuvent toujours parvenir à un accord de paix.Début juin 2022, le Sénégalais Macky Sall, président en exercice de l’Union Africaine (UA), s’était rendu en Russie pour s’entretenir avec Vladimir Poutine sur les conséquences de la guerre en Ukraine. Le plaidoyer du président sénégalais, entendu par le Kremlin, avait notamment permis de lever le gel des exportations de céréales et de l’engrais.

Quatre mois plus tard, le Bissau-Guinéen Umaro Sissoco Embalo marche sur les pas de Macky Sall. Dans les faits, l’Afrique a reçu peu de cargaisons quand l’étau s’est desserré autour de la mer Noire où transitent notamment les navires ukrainiens de transport de marchandises.

Face à cette situation, le président en exercice de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) a réitéré l’appel de l’Afrique à la paix. « La guerre entre la Russie et l’Ukraine, deux nations sœurs, ainsi que le blocage des exportations en découlant, freinent les progrès dans le monde entier », a fait noter Umaro Sissoco Embalo lors de son entretien de 2 heures avec Vladimir Poutine.

Malgré l’enlisement du conflit, le président bissau-guinéen a estimé que les belligérants peuvent toujours nouer le dialogue en vue de parvenir à un accord de paix. « C’est très important », a-t-il ajouté.

Au Mali, confronté à la menace jihadiste, les services de Wagner, la société militaire privée russe, ont été sollicités. À cet égard, le président en exercice de la Cédéao a discuté « des problèmes de sécurité en Afrique de l’Ouest » avec le chef du Kremlin.

De son côté, Vladimir Poutine s’est dit « très ravi de voir » Umaro Sissoco Embalo dont le pays, la Guinée-Bissau, fêtera l’année prochaine le 50ème anniversaire de ses relations diplomatiques avec la Russie. « Tout au long de l’histoire de la Guinée-Bissau, de sa lutte pour l’indépendance et lors de la formation de l’État, la Russie a toujours entretenu de très bonnes et chaleureuses relations avec elle. Et aujourd’hui, nous continuons à les développer », s’est félicité le président russe.

Sachant que son hôte est « maintenant à la tête de la Cédéao avec 400 millions de personnes vivant dans ses pays membres et un PIB global de 550 milliards de dollars », Vladimir Poutine a souhaité qu’il contribue au développement des échanges entre son pays et ces États ouest-africains, mais aussi avec l’ensemble du continent africain.

Dans ce sens, après le Sommet Russie-Afrique tenu en 2019 à Sotchi, « nous prévoyons d’organiser un sommet similaire en juillet prochain dans notre capitale du Nord, Saint-Pétersbourg », a affirmé le dirigeant russe.

Au Kremlin, Umaro Sissoco Embalo a aussi plaidé en faveur du développement voire de l’adaptation des relations « historiques » entre la Guinée-Bissau et la Russie. Pour lutter contre la piraterie maritime, il a demandé l’aide de Poutine.

« Nous aimerions avoir de gros navires pour notre marine. Peut-être que la Russie serait en mesure de nous fournir de tels navires ? Et puis, nous verrons comment nous pouvons payer ces frégates. Peut-être que nous pourrons même commander un hélicoptère », a évoqué le président bissau-guinéen. Son homologue russe, pour qui la marine est « un domaine de coopération essentiel », a promis d’en étudier les modalités.



Bon plan
Publié le 12.02.2021

RDC : Que faire ce Weekend de la Saint Valentin ?

Ce 14 février, la société BRASIMBA offre des espaces et des bons plans.  Elle  vous proposer  de très belles  soirée en amoureux. En couple ou…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Kinshasa et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut