Politique › Actualité

RDC : Rencontre Guterres opposition, Lamuka souhaite des réformes institutionnelles

Guterres et les cadres de Lamuka

La délégation de Lamuka conduite par Pierre Lumbi Okongo a rencontré lundi 2 septembre dernier António Guterres, secrétaire général des Nations Unies.

Les opposants ont souligné l’importance de mener des réformes institutionnelles pour améliorer le système électoral de la RDC.

 « Le Secrétaire Général de l’ONU nous a fait le point sur le contact qu’il a eu à travers le pays. Ce qui est important, c’est que nous nous sommes plus ou moins mis d’accord pour continuer les contacts afin que nous puissions voir comment réaliser des réformes institutionnelles qui nous permettent de ne plus revivre ce que nous avions vécu en 2018 notamment la réforme de la Cour institutionnelle, de la CENI, et aussi pour que plus jamais un président de la République ne puisse vassaliser toutes les institutions de l’Etat (…) », a dit Pierre Lumbi.

La coalition FCC-CACH avait également annoncé « des réformes institutionnelles ainsi que des politiques publiques propres à créer des conditions propices à une croissance économiques fortes ». Lamuka veut être associé à ces réformes.

« Nous estimons qu’il faut qu’il y ait des réformes institutionnelles mais qui ne doivent pas se faire de façon unilatérale. Elles doivent se faire avec toutes les forces politiques représentatives de la nation congolaise », a t-il ajouté.

Avec António Guterres, les opposants ont également évoqué la situation sécuritaire du pays.

« Nous avons parlé de la situation sécuritaire à Beni, au Sud-Kivu dans le Minebwe, dans d’autres parties du pays. Il y a eu de convergence, nous nous sommes plus ou moins entendus. Il nous a dit que les nations Unies vont tout faire pour renforcer les brigades spéciales afin d’aider notre armée à mettre fin à cette situation d’insécurité », a encore dit Pierre Lumbi.

data-ad-client="ca-pub-9760088965124508" data-ad-slot="2140806877">

António Guterres avait précédemment rencontré Félix Tshisekedi, Sylvestre Ilunga Ilunkamba, Alexis Thambwe Mwamba et Jeanine Mabunda.

Le N°1 de l’ONU achève ainsi un séjour de trois jours en RDC ponctué par une visite dans l’Est du pays. Il s’est rendu notamment à Goma, à Beni et à Mangina.

 



À LA UNE
Retour en haut