Société › Actualité

RDC : Peter Tiani patron du magazine « Le vrai Journal aux abois » est en détention

Peter Tiani

Le patron du Vrai Journal s’est fait interpeller hier, mercredi 7 novembre, suite à une information diffusée sur des grosses sommes d’argent volées dans le domicile du Premier ministre. Information, par ailleurs relayée de scoop.RDC

Les faits se sont déroulés en début de soirée de mercredi 7 novembre alors qu’il remplissait ses devoirs de journaliste dans ses bureaux situés à Matonge dans l’enceinte de l’YMCA, commune de Kalamu.

Quatre hommes y ont fait irruption présentant un mandat d’amener, dissimulé d’abord et montré suite à l’intervention de la police basée à l’YMCA, contre la personne du journaliste Peter Tiani, patron du magazine d’informations le Vrai Journal, qui l’ont ensuite conduit  à la police du district de Kalamu, avant le cachot tribunal de paix de la Gombe où il a, du reste, passé la nuit, selon une source proche du journaliste.

De quoi l’accuse-t-on ? Selon ses collaborateurs, le motif de ce mandat est relatif à l’information relayée du confrère scoop.RDC affirmant que le Premier ministre Bruno Tshibala se fait voler des grosses  sommes d’argent dans son domicile.

Le confrère après investigation rapporte que la première somme volée s’élevait à 100.000USD (soit 164.000.000fc, taux sur le marché, ndlr) ensuite, 400.000USD. Le voleur n’est autre que, selon scoop.RDC qu’a relayé le Vrai Journal, son fils, Bertin Tshibala.

Pour la famille Tshibala, ces informations portent atteinte à leur famille d’où la plainte déposée par leurs avocats pour diffamation, calomnie et imputations dommageables. dénonçait-il en début de semaine, la menace qui pesait sur lui.

Partant du devoir de mémoire ou de la réception du Premier ministre après sa prise de fonction diffusée par le magazine d’informations le Vrai Journal, d’aucuns pensent que cette plainte ne soit un moyen de pression contre celui que la population a surnommé le « défenseur du peuple » et une énième façon de museler la presse.

À LA UNE
Retour en haut