Société › Actualité

RDC : partage de l’héritage de Léon Kengo au cœur d’une guerre avec ses enfants

Léon Kengo
Léon Kengo
Déclaré sénile par ses enfants, l’héritage de l’ancien Premier ministre  Léon Kengo Wa Dondo convoité par sa progéniture est au cœur d’un conflit familial au tribunal de paix de Kinshasa Gombe.

 

Une affaire rocambolesque et à dormir debout défraie la chronique à Kinshasa. Il s’agit, d’un conflit qui opposerait l’ancien président du Sénat, Léon Kengo wa Dondo à ses enfants qui l’aurait déclaré sénile.

La guerre d’héritage de cet ancien Premier Commissaire d’Etat et Premier ministre sous le régime du défunt Maréchal Mobutu, serait au cœur de cette affaire qui sort de l’ordinaire et qui étonne plus d’un.

Les observateurs qui ne cachent plus leur indignation, pendent que si le vrai mobile est l’obtention des biens de leur père, alors rien ne saurait justifier la voie empruntée par ces enfants, dès lors Si tel était le cas, rien ne justifierait un tel comportement de la part des enfants. Une démarche susceptible de jeter de l’opprobre sur la dignité de quelqu’un qui a occupé des hautes fonctions en RDC. Mais, à en croire ceux qui maitrisent le dossier, il s’agit de la guerre de succession pour le partage de l’héritage.

Certains enfants ont trouvé l’occasion d’empêcher leur père de poser les actes de gestion de ses biens au motif qu’il serait incapable et incohérent mentalement.

Pour les observateurs avisés, il s’agit d’un prétexte mis en branle pour vendre les biens immobiliers sans l’avis du propriétaire qui s’est résolu à son tour à saisir la justice aux fins d’obtenir l’invalidation de la décision le déclarant incapable. En cette matière, la procédure exige que tout acte d’incapacité soit reconnu par la signature de trois médecins et légalisé auprès des instances belges et auprès de notre ambassade à Bruxelles, ce qui n’a pas été le cas.

Face à ce qui a tout l’air d’une supercherie, d’autres bénéficiaires de cette « incapacité » en l’occurrence Marie Claire Kengo, fille ainée, de l’ancien président du Sénat aurait, dans une requête, assigné en tierce-opposition monsieur Kengo wa Dondo Walala et consorts pour s’attaquer au jugement prononcé ayant non seulement ordonné la mise sous tutelle de son père, mais aussi désigné ses sœurs comme curatrices.

Les parties devaient comparaitre par devant le tribunal de paix de Kinshasa Gombe en son audience publique du 19 novembre 2021. Et de ce fait, il est impensable de constater que les héritiers puissent s’engager dans le processus de vente des biens de leur père avant sa mort. Quelle honte ?

 



Bon plan
Publié le 12.02.2021

RDC : Que faire ce Weekend de la Saint Valentin ?

Ce 14 février, la société BRASIMBA offre des espaces et des bons plans.  Elle  vous proposer  de très belles  soirée en amoureux. En couple ou…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Kinshasa et recevez gratuitement toute l’actualité

Retour en haut