Elections 2018 › Présidentielle

RDC : « on peut avoir un président élu du CACH et un premier ministre du FCC comme il émane de la majorité parlementaire » (Elie Habibu)

Félix Tshisekedi et Joseph Kabila

Selon Elie Habibu cadre du FCC, « il y a eu dialogue entre Félix Tshisekedi et le président sortant Joseph Kabila avant la publication des résultats ».

Le politologue et l’un des communicateurs du Front Commun pour le Congo (FCC) au Sud-Kivu, Elie Habibu, estime que les discussions entre le nouveau président élu Félix Tshisekedi et le FCC risquent d’être continuelles avec les résultats issus des urnes proclamés par la CENI.

Au cours d’une émission spéciale sur les antennes de radio SVEIN à Bukavu quelques heures après la publication des résultats de la présidentielle et de la députation provinciale, ce communicateur du FCC constate une forte percée des partis de sa coalition dans les assemblées provinciales. D’où la nécessité, selon lui de poursuivre le dialogue pour la gestion des provinces.

« Ce n’est pas impossible qu’il y ait eu deal entre le FCC et le groupe CACH. Je sais que le président de la République sortant Joseph Kabila a eu à rencontrer les gens de CACH et je sais que la bonne démocratie c’est la « démocratie dialogante ». Et s’il y a eu ce dialogue avant la publication des résultats ; gardez à l’esprit que ce dialogue continuera même après la publication de ces résultats d’autant plus que tel que je vois déjà la configuration à la députation provinciale avec le gros des députés provinciaux au FCC, on risque de se retrouver en face des gouvernements de coalition ou même de cohabitation et le dialogue risque d’être continuel. On peut aussi avoir le même nombre des députés nationaux élus du FCC. Ce qui fait qu’on peut avoir un président élu du CACH et un premier ministre du FCC comme il émane de la majorité parlementaire; donc un pouvoir bicéphale de cohabitation », avertit le politologue Elie Habibu.

Celui-ci reconnait tout de même qu’il n’est pas exclu que des partis politiques de l’actuel Front Commun pour le Congo (FCC) décident de faire défection en se ralliant à l’actuel président de la République « d’autant plus que la fonction présidentielle est la plus prépondérante sur le plan moral, légal, technique… » C’est tout à fait normal que les gens puissent quitter le FCC et rejoindre le président de la République actuel » dit-il.

À LA UNE
Retour en haut