Politique Politique › Actualité

RDC: l’ONU nomme trois experts pour enquêter sur les violences au Kasaï

Zeid Ra'ad Al Hussein, haut-commissaire aux droits de l'homme, a nommé trois experts pour le Kasaï.

La formation du groupe d’experts a été avalisée par une résolution du Conseil des droits de l’homme de l’ONU le 23 juin dernier.

Le Haut-commissariat des Nations unies aux droits de l’homme a désigné les trois experts internationaux qui enquêteront sur les violences au Kasaï. La formation du groupe d’experts a été avalisée par une résolution du Conseil des droits de l’homme de l’ONU le 23 juin dernier. Leur mission : fournir une assistance technique à la RDC pour faire la lumière sur les violences commises dans cette région du centre du Congo. Un mandat jugé trop faible par certains observateurs mais la proposition plus forte initiée par l’Union européenne s’était heurté à l’opposition de plusieurs membres du Conseil. Pour l’instant le Haut-commissariat s’est contenté de dévoiler trois noms.

Le Sénégalais Bacre Waly Ndiaye prend la tête de la mission. Ancien représentant spécial adjoint pour la RDC, il est aussi l’auteur d’un rapport sur les violences en amont du génocide rwandais.

Il est épaulé du canadien Luc Côté, ancien conseiller juridique du Tribunal pénal international pour le Rwanda et coordinateur du rapport mapping sur la RDC à la fin des années 2000. Fatimata Mbaye, avocate mauritanienne vice-présidente de la FIDH, vient enfin compléter le trio.

Pour l’instant le Haut-commissariat ne communique pas sur le reste de l’équipe, ni sur les moyens qui lui sont alloués. Mais au 22 juin, le budget prévu dépassait les 4 millions de dollars et il prévoyait l’envoi sur le terrain d’une vingtaine d’enquêteurs répartis en deux équipes.

Un groupe de trois personnes s’occupera de l’assistance technique au gouvernement, basée à Kananga auprès de l’auditorat militaire. Les autres seront chargés d’appuyer les experts internationaux pour les enquêtes de terrain.

Collecter et préserver les informations

Ils auront pour mission de collecter et préserver les informations. Ils devront également protéger les personnes qui les aident et transmettre aux autorités judiciaires de la RDC les conclusions de leurs enquêtes.

Une première équipe doit partir dès la semaine prochaine pour une mission d’évaluation. Le Haut-commissaire des Nation unies aux droits de l’homme fera une présentation orale sur la situation dans la région du Kasaï en mars 2018 mais il faudra attendre environ un an pour que soit présenté le rapport final.

Cette annonce intervient alors que le rapport du Bureau conjoint des Nations unies pour les droits de l’homme pointe la responsabilité des FARDC dans les massacres et les fosses communes découvertes dans la zone. Beaucoup s’interrogent sur l’indépendance dont bénéficiera le groupe d’experts vis-à-vis des autorités congolaises et sur l’accès qui leur sera accordé aux sources.



Bon plan
Publié le 26.02.2020

Monument à la gloire des soldats congolais

C'est un mémorial érigé en l'honneur des soldats congolais. Il y a trois soldats représentés sur ce monument. Ce sont trois hommes de plus ou…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Kinshasa et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut