Elections 2018 › Présidentielle

RDC : l’honorable Ève Bazaiba accuse la police d’empêcher le meeting de Lamuka

PNC

Martin Fayulu n’est toujours pas arrivé au siège inter-fédéral MLC où il a prévu un meeting devant les militants de la coalition Lamuka après la validation, dimanche, de l’élection de Félix Tshisekedi.

Ève Bazaiba, secrétaire générale du Mouvement de Libération du Congo (MLC), accuse la police d’empêcher la tenue du meeting de Martin Fayulu candidat malheureux de la présidentielle du 30 décembre 2018.

« Nous avons prévu une rencontre avec les militants de Lamuka, [au siège du MLC] j’ai trouvé une cohorte de la police nationale. Ils ont cassé le podium, emporté les baffles. Major Carine que j’ai trouvée sur le lieu me dit qu’elle a reçu l’ordre de la hiérarchie pour qu’il n’y ait ni entrée ni sortie. Il y avait six jeeps de la police avec les armes létales. Nous avons discuté longuement pour qu’ils me laissent entrer [au siège du parti], et quand j’ai vu que ça dégénérait, j’ai fait appel à la presse nationale et internationale. C’est à ce moment que la police a reculé et je suis entrée et les militants sont venus », a expliqué la secrétaire général du MLC madame Eve Bazaiba.

Une centaine de militants sont toujours devant le siège du parti de Jean-Pierre Bemba, en attente de Fayulu.

« La matinée politique est toujours maintenue mais on voit clairement que le président Martin Fayulu est empêché de venir. Il va venir comment alors que la police est là, il ne viendra pas parler à la police, il n’est pas le commandant de la police », a lancé le numéro 2 du MLC.

Rappelons tout de même que Martin Fayulu devrait réaffirmer devant les militants le refus du verdict de la Cour constitutionnelle et appeler à une mobilisation afin de retrouver la victoire « volée ».

Video

Vos paris sportifs
1xbet
À LA UNE
Retour en haut