Eco et Business › Energie

RDC: le prix du litre de carburant revu à la hausse

RDC la hausse de prix de 6,162%

En l’espace de onze mois, le prix du litre de carburant à la pompe a été réajusté cinq fois. Ce qui suscite trop d’inquiétudes au sein de l’opinion.

Il n’y a pas fallu attendre la fin de l’année pour voir le nouveau réajustement de prix du litre de carburant. Cette hausse de 6,162% est la cinquième de la série depuis le mois de janvier 2018.

Le prix du litre du carburant à la pompe connait une augmentation de 130 francs congolais depuis  dimanche 18 novembre 2018, en RDC. Cette hausse de prix de 6,162% est la cinquième de la série depuis le mois de janvier 2018.

Elle concerne les zones Ouest et Nord du pays. L’arrêté ministériel portant fixation de la nouvelle structure de prix de ces produits pétroliers a été signé le vendredi 16 novembre dernier par le ministre de l’économie nationale, Joseph Kapika.

Le gouvernement rassure que cette cinquième hausse de prix du carburant à la pompe depuis début 2018 n’aura aucun incident sur les prix des denrées de grande consommation.

« Les prix de référence de l’essence, du pétrole, du gasoil, du FOMI et du gaz de pétrole liquéfié (GPL) à l’Ouest, sont ceux fixés dans le tableau en annexe », indique l’article 1er de l’arrêté du ministre de ‘l’Economie nationale.

Quant à l’article 2 de l’arrêté ministériel, lui, explique la délimitation de la zone Ouest. «La zone Ouest est constituée des provinces et villes ci-après: Équateur; Kongo Central, Kwango, Kwilu, Mai-Ndombe, Mongala, Nord-Ubangi. Sud-Ubangi, Tsuapa, la ville-province de Kinshasa, les villes de Mbandaka, de Bolenge ainsi que la zone de consommation nord qui comprend les villes de Kisangani, d’Aketi, de Bumba et le territoire d’Akula », précise le ministre de l’Économie.

Pour fixer les prix du carburant à la pompe, quelques paramètres entrent en ligne de compte. Entre autres, les prix moyens frontières, dans lesquels on peut distinguer les prix du baril qui est en augmentation à travers le monde. Le taux de change, c’est aussi un paramètre important que le ministère de l’économie prend en compte.

À LA UNE
Retour en haut