› Société

RDC : la société civile décrète deux jours de villes mortes

journaldekinshasa.com
A Goma, des manifestants demandent le départ de la Monusco.

Il s’agit du lundi 26 et le mardi 27 septembre afin d’exiger la fin de l’état de siège et le départ de la mission des Nations-Unies pour la stabilisation de la RD Congo (Monusco).

 

La coordination provinciale de la société civile du Nord-Kivu exige le départ de la Monusco en République démocratique du Congo. Elle s’est exprimée par le biais de son président, John Banyene au cours d’une conférence de presse qui s’est tenue ce mardi 20 septembre 2022à Goma.

Pour la société civile, il est inadmissible que Bunagana et plusieurs autres entités du territoire de Rutshuru soient toujours sous occupation des rebelles du 23 mars (M23), appuyés par le Rwanda, depuis plus de trois mois maintenant alors que l’état de siège a été institué en vue d’imposer la paix dans l’Est du pays.

« Nous allons commencer par des actions pacifiques parce que nous, comme société civile, nous prônons la non-violence. Le 26 et le 27 prochains, nous consacrerons deux journées ville morte pour contraindre le gouvernement d’aller récupérer la cité frontalière de Bunagana et d’autres entités sous l’emprise du M23. Si rien n’est fait, nous allons appeler la population à ne plus payer des taxes et des impôts, parce que là, l’État aura déjà failli à sa mission », a dit John Banyene,

Plusieurs autres actions dont des sit in, sont envisagées afin de contraindre le gouvernement à sécuriser l’Est et d’exiger le départ de la Monusco en RDC.

« À part cette désobéissance fiscale, nous allons commencer à organiser des sit in devant les institutions provinciales, urbaines, territoriales et même devant certaines bases des Nations-Unies pour exiger leur départ parce qu’ils n’ont plus à faire ici chez nous. Ça a été ouvertement déclaré par le secrétaire général des Nations-Unies qui est le patron de la Monusco. Notre population doit savoir qu’on ne libère pas un peuple mais le peuple se libère et nous devons nous libérer de cette guerre et de cette insécurité dont nous sommes victimes », a ajouté John Banyene.

Rappelons que, les manifestations anti-Monusco enregistrées dernièrement dans plusieurs villes et agglomérations du Nord-Kivu et du Sud-Kivu, ont fait au moins trente-six morts dont quatre casques bleus et près de cent septante blessés, selon le bilan dressé par le gouvernement congolais.



Bon plan
Publié le 12.02.2021

RDC : Que faire ce Weekend de la Saint Valentin ?

Ce 14 février, la société BRASIMBA offre des espaces et des bons plans.  Elle  vous proposer  de très belles  soirée en amoureux. En couple ou…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Kinshasa et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut