International › ACP

RDC: Gratuité de l’enseignement : de la parole aux actes

Les élèves

La volonté politique exprimée par le Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, d’assurer la gratuité de l’enseignement en RDC a trouvé un début de concrétisation avec la toute première action entreprise par le gouvernement du Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba.

En effet, aussitôt après son entrée en fonction  samedi dernier,  après la cérémonie de remise et reprise avec son prédécesseur, Bruno Tshibala, et pratiquement en urgence absolue, le chef du gouvernement a présidé le mercredi 11 septembre une importante séance de travail à laquelle ont participé activement le vice-Premier ministre en charge du Budget, Baudouin Mayo, le ministre des Finances, Sélé Yalaghuli, le ministre de l’Enseignement primaire, secondaire et technique (EPST), Willy Bakonga, et le gouverneur de la Banque centrale du Congo, Déogratias Mutombo.

A l’issue de cette séance de travail, il a été annoncé que sur instruction du Président de la République, les avantages accordés aux enseignants dans le cadre de la mise en œuvre de la gratuité, prévus initialement  pour le mois d’octobre 2019, seront également libérés dès ce mois de septembre 2019 à travers une paie complémentaire.

Cette décision à caractère éminemment social, rencontre évidement l’une des principales préoccupations soulevées depuis des années par les enseignants qui veulent voir l’Etat assumer pleinement ses responsabilités par l’amélioration progressive de leurs rémunérations.

Il faut espérer que les bénéficiaires saisiront la balle au bond pour apprécier à sa  juste valeur cet effort des nouvelles autorités du pays qui ont, en outre, décidé de relever sensiblement le budget de l’éducation en le portant de  8 à 20 % dans le nouveau budget de la RDC, soit un niveau proche de la norme fixée par l’UNESCO.

On sait qu’à l’issue  d’une table ronde organisée fin août dernier à Kinshasa, le coût global pour assurer la gratuité de l’enseignement au niveau du primaire dès la rentrée scolaire 2019-2020  en RDC a été estimée à près de 2,6 milliards USD.

Ce montant, même si on ne peut le minimiser, ne constitue pas pour autant  une mer à boire au regard de la détermination de nouvelles autorités nationales de concrétiser effectivement la gratuité de l’enseignement fondamental dans ce pays.

data-ad-client="ca-pub-9760088965124508" data-ad-slot="2140806877">

Outre l’amélioration de la rémunération des enseignants en voie d’être matérialisée à partir de ce mois de septembre 2019, il faut souligner que le Président Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo avait inscrit la réhabilitation des infrastructures scolaires en bonne place dans son programme d’urgence des 100 jours.

Déjà, le nouveau bâtiment new look de l’institut Mokengeli de Lemba à Kinshasa  inauguré  personnellement par le Chef de l’Etat le lundi 02 septembre ainsi que le nouveau complexe scolaire camp Tshatshi réhabilité donnent une indication claire sur la matérialisation de la volonté politique de mettre l’enseignant et l’élève dans les meilleures conditions de travail.

Source :ACP



À LA UNE
Retour en haut