Politique › Partis politiques

RDC : Félix Tshisekedi adulé à Kinshasa

Felix Tshisekedi tient son premier meetings librement avec l'UDPS

 Sans répression des forces de l’ordre, le candidat à la prochaine élection présidentielle a tenu son premier meeting dans la capitale congolaise.

Depuis 2016, c’est la première fois qu’une manifestation politique se passe dans le pays sans répression de l’armée. C’est peut-être bien l’accalmie politique en République démocratique du Congo. Le gouverneur de la ville de Kinshasa a autorisé l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), principal parti de l’opposition à tenir un meeting dans la capitale le 23 avril 2018. «Je note que votre parti se propose de tenir un meeting ce mardi 24 avril 2018 à la place Sainte Thérèse à Ndjili pour commémorer (…) l’ouverture au multipartisme. J’en prends acte et vous invite par conséquent à veiller (…) au respect strict de la loi régissant les manifestations et réunions publiques dans notre pays», écrit le gouverneur André Kimbuta dans un communiqué. A la grande stupéfaction de l’opposition pour qui tenir une réunion relève très souvent d’une mission difficile, voire impossible.  Félix Tshisekedi, successeur de Feu Etienne Tshisekedi n’a pas boudé son plaisir devant une foule immense.

Pour cette première, il a abordé plusieurs sujets dont sa candidature à la présidentielle de décembre 2018 qui  fait l’objet de beaucoup de  débats. Des ragots l’ont annoncé à la primature. Affirmation vite démentie par le concerné. «Il n’y a rien comme dialogue avec la majorité présidentielle pour une quelconque primature. Le Congrès m’a élu pour être candidat président. Alors, comment vous me rabaissez à la primature ? Conduisez moi à la victoire lors de la présidentielle». En ce qui concerne le processus électoral, la position de l’UDPS n’a pas changé. Le parti ne veut pas de la machine à voter que propose actuellement la Commission électorale nationale indépendante (CENI). Tout comme elle rejette le fichier électoral qui disposerait de plusieurs noms fictifs. Le président de l’UDPS a également demandé, dans la logique du relâchement qui semble se dessiner dans le pays, que les prisonniers politiques soient libérés et les exilés autorisés à revenir au pays.

Le meeting était aussi l’occasion de remettre le sujet concernant le retour de la dépouille de son père sur le tapis. Sur cette question, les différentes parties ont réuni leurs points de vue. Quatorze mois après le décès de l’opposant historique de la RDC, les différentes parties ont enfin décidé de parler d’une seule voix. Le  ministre de l’Intérieur, Henri Hova, le gouverneur de la ville de Kinshasa, André Kimbuta ; le secrétaire général de l’UDPS, JeanMarc Kabund, et Mgr Gérard Mulumba, frère du défunt ont convenu de la mise en place d’une commission de neuf personnes chargées de l’organisation des funérailles.

Le défunt opposant reposera dans leur concession familiale dans la commune de N’sele. Aussi, tous ont décidé qu’aucune force politique ne doit faire une récupération politique de cet événement. Même si les dates ne sont pas arrêtées, les différentes parties ont choisi le palais du peuple comme lieu d’exposition de la dépouille du défunt. Exposition qui va durer environ 48h. Un avion spécial sera également dépêché à Bruxelles pour rapatrier la dépouille à Kinshasa.  Tournure laissant présager l’inhumation prochaine du chef de l’opposition en République démocratique du Congo. Et la fin d’une longue période d’attente souvent marquée par des accusations de part et d’autre.

 



Bon plan
Publié le 26.02.2020

Monument à la gloire des soldats congolais

C'est un mémorial érigé en l'honneur des soldats congolais. Il y a trois soldats représentés sur ce monument. Ce sont trois hommes de plus ou…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Kinshasa et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut