Politique › Institutions

RDC : « ce n’est pas le fait que nous ne réagissons pas dans la rue que nous n’avons pas des gens derrière nous »( F. Kabange)

Félix Kabange Numbi

L’honorable Félix Kabange Numbi cadre du FCC, appelle les membres de l’UDPS de mener le débat sur la réforme judiciaire  au parlement et non dans la rue.

« Il n’y a ni violation de la constitution, ni ajout de pouvoir au niveau du ministre de la justice. Il risque d’avoir du désordre inutilement. Il s’agit d’une loi organique en discussion. Je veux inviter nos amis de l’UDPS à bien voir. Il y a ici un agora, un lieu de discussion, des débats. Ici, on discute de tout et de rien », dit-il.

Kabange Numbi: « Ce n’est pas le fait que nous ne réagissons pas dans la rue que nous n’avons pas des gens derrière nous ». Ce cadre du FCC appelle l’UDPS à enrichir le débat dans un cadre bien précis.

« La loi organique proposée par les collègues Sakata et Minaku est en train d’être discuté en commission. Elle passera en plénière. Ils ont la possibilité de discuter de cette loi », ajoute-t-il.

Félix Kabange Numbi a également rappelé le circuit institutionnel et les verrous prévus par la loi. « Le président de la République ne promulguera pas cette loi sans se référer à la cour constitutionnelle. Nous avons plusieurs verrous. On ne peut pas avoir le pouvoir et être le principal l’opposant à ce propre pouvoir. L’UDPS ne peut pas être en même temps dans les institutions, en même temps dans la rue. Ce n’est pas le fait que nous ne réagissons pas dans la rue que nous n’avons pas des gens derrière nous. On nous parle d’une majorité populaire et d’une majorité parlementaire. Qu’on fasse très attention. Nous sommes des hommes d’Etat, menons le débat là-où il doit être », note-t-il.



Bon plan
Publié le 26.02.2020

Monument à la gloire des soldats congolais

C'est un mémorial érigé en l'honneur des soldats congolais. Il y a trois soldats représentés sur ce monument. Ce sont trois hommes de plus ou…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Kinshasa et recevez gratuitement toute l’actualité

Retour en haut