Opinions › Idées

RDC : ça s’énerve au PPRD

Début d’année compliquée dans le premier cercle du pouvoir à Kinshasa et en particulier au sein des pontes du PPRD, le parti de Joseph Kabila. Tant du côté des politiques que des militaires, le torchon brûle.

Qui ? Qui a trahi ? Qui a donné ces dernières semaines toute une série d’informations à la presse et aux opposants ? Ce sont les questions qui taraudent les membres du premier cercle du pouvoir autour du président hors mandat Joseph Kabila.

Tout a commencé fin novembre avec la fuite de la bande sonore d’un rassemblement de cadres de la majorité présidentielle dans un grand hôtel de Kinshasa. Une bande son qui a atterri à la rédaction de Jeune Afrique et dans laquelle on pouvait entendre le secrétaire général du PPRD, Henry Mova, mais aussi Aubin Minaku, secrétaire générale de la majorité présidentielle et président de l’Assemblée nationale, Emmanuel Shadary, vice-Premier ministre et ministre de l’Intérieur et Corneille Nangaa, président de la Commission électorale nationale independante (CENI) défendre l’idée de la réforme de la loi électorale. Un enregistrement qui démontrait notamment les doutes de Minaku et la détermination de Mova. A la veille de la marche du 31 décembre; nous avions éventé, grâce à un coup de fil « bien informé », le plan de certains militaires de monter de toutes pièces une tentative de coup d’Etat qui aurait permis d’arrêter les prêtres les plus combattifs sur la base de faux aveux de faux putschsites. Ces derniers jours, la volonté d’aller au référendum démontée par Moïse Katumbi – malgré les dénégations de la majorité – ont encore un peu plus énervé le clan présidentiel qui donnerait cher pour connaître l’identité du ou des coupables.

Mova, coupable idéal

Lors de la dernière réunion, le week-end dernier, à Kingakati, la ferme présidentielle dans la banlieue de Kinshasa, la question a été évoquée. « Henry Mova, le secrétaire général du parti n’a pas dû apprécier », explique un membre de la majorité. Pour beaucoup, « la fuite de la bande sonore, c’est lui », explique un autre, « absent » lors de cette rencontre de Kingakati. « Il était le mieux placé pour enregistrer et surtout, si la bande sortait, il apparaissait comme le meilleur soldat de la Kabilie. Il pouvait ainsi démontrer au chef qu’il était le plus fidèle quand les autres affichaient ouvertement leurs doutes. Une attitude qui en a enervé plus d’un. Mova s’est fait quelques ennemis de plus avec cette bande sonore. » « Il se rêve trop gros », renchérit un autre membre de la majorité, ex-ministre qui, à la veille du week-end, prônait que la structure à la tête du PPRD soit largement modifiée. « Le secrétaire général est trop isolé. Il faut une structure avec un président, un vice-président et un secrétaire général permanent », expliquait-il, promettant que plusieurs cadres de la majorité s’étaient entendus pour défendre cette thèse devant l’autorité morale du parti, alias le président hors mandat Joseph Kabila. Selon diverses sources, cette piste aurait bien été évoquée et des changements seraient à prévoir dans la structure du PPRD.

Mais d’autres font remarquer que faire tomber Mova ne suffira pas. « Il y a plusieurs auteurs de fuites », explique un des membres de la majorité, qui ajoute : « Il ne faut pas oubier que les leaders de l’opposition ont été nos amis. Ils ont conservé des liens avec de nombreux membres de la majorité et les temps difficiles en ce début d’année peuvent inciter à réveiller certains liens, histoire d’essayer de se protéger au cas où les choses s’envenimeraient ».

Mêmes tensions chez les généraux

Et il n’y a pas que dans la classe politique que la tension est de mise. Une réunion entre généraux Tango Four, Numbi et Olenga a aussi tourné au vinaigre. Olenga estimant qu’il n’avait pas droit aux mêmes égards que ses collègues quand il se présentait chez le chez de l’Etat, alors qu’entre les deux autres, c’était le rôle dévolu à la soldatesque étrangère qui faisait monter le ton.

« Juste avant le sauf qui peut »

« Ce sont des crises qui devraient aller en s’accentuant. Beaucoup pensent que Kabila va finir par céder sous la pression internationale et qu’il devra désigner un remplaçant. Tous les autres coqs essaient de se positionner. C’est à celui qui criera le plus fort où qui fera voir ses plus belles plumes ou qui volera dans celles des autres. Cela va être le temps des règlement de compte. C’est l’étape qu précède le sauf qui peut », analyse un habitué du pouvoir en RDC.

Et pourtant, jusqu’ici, les troupes sont demeurées fidèles au pouvoir ? « D’abord, il y a beaucoup d’étrangers, de mercenaires  et de rebelles dans les troupes qui font régner la peur en RDC. Les militaires congolais, eux, sont peut-être tentés de déposer leurs armes mais la pression n’est pas suffisante aujourd’hui. Les catholiques et leur mouvement pacifique, ça pose question mais ça ne fait pas peur. La marche des catholiques annoncée pour dimanche prochain sera à observer de très près. On a l’impression qu’il suffirait aujourd’hui de pas grand-chose pour que les militaires congolais rallient le mouvement des catholiques. Tant que c’était l’opposition habituelle entre majorité et opposition politique, c’était facile. Avec l’arrivée des catholiques, tout devient plus difficile et sensible », conclut-il.

À LA UNE
Retour en haut