› Société

RDC-Angola : près de 50 000 expulsés bloqués au poste-frontière de Kamako

Image d'illiustration

Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) alerte  le gouvernement congolais sur la situation d’au moins 50 000 personnes qui se trouvent actuellement bloquées et sans ressources dans les environs de la ville frontière de Kamako.

Plus de 330 000 personnes congolaises ont quitté le territoire angolais depuis début octobre, selon les chiffres de l’ONU. Elles rentrent principalement par les provinces du Kasaï, du Kasaï central et du Kwango. « Beaucoup arrivent dénués de tout et ne peuvent continuer le voyage vers leur région d’origine. Si certains ont pu ramener quelques biens avec eux – matelas sur la tête, meubles sur le porte-bagage d’un vélo, la plupart doivent revendre ce qu’ils ont sauvé au moment de leur expulsion afin de se procurer de la nourriture ou un moyen de transport », a rapporté ce mercredi l’équipe d’évaluation du CICR.

 

Le CICR est préoccupé par le fait que ces personnes reviennent dans une province qui a connu des troubles graves en 2016 et 2017. Les violences, doublées de conflits interethniques, avaient fait des milliers morts et plus d’un million de déplacés selon OCHA. Dans les environs de Kamako uniquement, le Haut-Commissariat aux réfugiés rapportait en septembre 2017 que neuf villages sur dix avaient été « réduits en cendres ». « Ce sont des personnes qui sont parties avec très peu de moyens, sans avoir beaucoup de temps pour se préparer, parfois arrivant les mains vides ou avec très peu de biens. Et certains d’entre eux ont fui sous la peur  (…) Et maintenant ils se retrouvent dans un endroit pour eux qui est quasiment étranger, parce qu’ils ont été pendant longtemps loin du Congo, et parmi eux des personnes n’ont plus vraiment beaucoup de contacts avec leur famille depuis quelques années», a dit Anna Praz, cheffe des opérations du CICR à Kamako.

Video

Vos paris sportifs
1xbet
À LA UNE
Retour en haut