› Société

RDC-Angola: les expulsés ne sont pas tous des « sans papiers »

Image d'illustration

En quelques semaines, ce sont des centaines de milliers de personnes qui ont franchi la frontière entre l’Angola et la République Démocratique du Congo après une opération de police.

Luanda a toujours assuré que les personnes refoulées étaient en situation illégales, mais les témoignages montrent l’inverse. Le Haut-Commissariat aux réfugiés a déjà recensé plus de 1 900 personnes munies de papiers de réfugiés parmi ces expulsés. Un chiffre qui a considérablement augmenté ces dernières semaines, et qui témoigne, selon le HCR, du « manque de discernement » dont font preuve les autorités angolaises dans leur opération d’expulsions forcées. Un homme en colère brandit sa carte d’identité angolaise. Un document, obtenu légalement dit-il, après cinq ans de vie en Angola, mais qui n’a pas suffi à l’épargner des expulsions forcées : « Regardez, c’est ma carte. Elle me donne le droit de vivre en Angola et de circuler librement. Pourtant, j’ai été chassé ».

C’est ce qui est arrivé à ce commerçant : « En fuyant l’Angola lorsque nous sommes arrivés au premier barrage de police ils nous ont demandé de montrer nos papiers. Et dès qu’on les a sortis. Ils nous les ont pris ». Il a vécu deux ans en Angola et dit ne pas comprendre les autorités, qui l’avaient pourtant incité à se faire régulariser avant les dernières élections : « Je suis arrivé pendant la période d’enrôlement et l’on nous encourageait à nous inscrire pour aller voter. C’est grâce à ma carte d’électeur que j’ai obtenu une carte d’identité. Et maintenant, on nous chasse comme des animaux ». D’autres témoignent avoir subi le même sort après avoir passé 10, 15, 20 ans en Angola.

Sans papiers, et contraints de rentrer dans un pays où parfois ils n’ont plus d’attache. Ils courent le risque de se retrouver apatrides. C’est pour cette raison que le HCR travaille actuellement avec la commission nationale pour les réfugiés et les services de migrations de RDC à dresser la liste des personnes dans cette situation. Il reviendra ensuite aux autorités congolaises de les enregistrer. Pasteur Georges a fui les violences au Kasaï, en mai 2017, après l’incendie de son village. En Angola, il avait obtenu le statut de réfugié et n’avait pas – malgré une immense précarité – l’intention de rentrer en RDC. Mais l’armée angolaise en a décidé autrement : « Il nous a arrêtés, il nous a demandé les documents. On a donné les documents, ils ont dit : les réfugiés n’ont pas le droit ici. On nous a ravi ça. On nous a ligotés, on nous a scotchés comme des cartons, des colis. Et l’on nous a amenés jusqu’au niveau de la frontière ».

A ses côtés, Mbomba Ntomba garde précieusement dans un sachet plastique la photocopie de sa carte de réfugié, qu’il a pu sauver. Après 21 ans passés en Angola. Il avait fui en 1997, lors de la première guerre du Congo. « Les militaires m’ont confisqué l’original de mes papiers avant de m’arrêter. J’ai protesté. Ils m’ont dit : le gouvernement nous a demandé de faire partir tous les Congolais même les réfugiés. Tout ce que je possédais est resté là-bas, je me retrouve ici les mains vides. Sans famille. Je dors dans des églises et parfois même dehors ».

Le HCR poursuit actuellement le travail de recensement de ces réfugiés expulsés, promet de transporter dans leurs familles restées au Congo ceux qui le souhaitent. Et négocie actuellement avec les Angolais la réadmission de ceux qui souhaiteraient retourner en Angola. Le HCR qui appelle par ailleurs les Angolais à respecter les droits et la sécurité de ces réfugiés conformément au droit international.



Bon plan
Publié le 26.02.2020

Monument à la gloire des soldats congolais

C'est un mémorial érigé en l'honneur des soldats congolais. Il y a trois soldats représentés sur ce monument. Ce sont trois hommes de plus ou…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Kinshasa et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut