International › AFP

Quatre choses à savoir sur Porto Rico

Pas d'image

Porto Rico, dont le gouverneur Ricardo Rossello vient d’annoncer sa prochaine démission, est un territoire américain des Grandes Antilles dont le statut hybride le fait osciller entre un désir de rapprochement avec les Etats-Unis et des aspirations à plus d’autonomie.

– Petit poucet des Grandes Antilles –

Baignée au nord par l’océan Atlantique et au sud par la mer des Caraïbes, Porto Rico est la plus petite et la plus orientale des îles des Grandes Antilles. Outre l’île principale Porto Rico qui abrite la capitale San Juan, l’archipel compte plusieurs petites îles dont Vieques et Culebra, habitées de manière permanente. Avec une superficie d’environ 8.900 km2, Porto Rico compte 3,2 millions d’habitants.

Réputée pour ses plages de sable fin et ses eaux turquoise, l’île située à 1.600 km de Miami (Floride) est une destination prisée des vacanciers américains. Le tourisme est l’un des rares secteurs économiques prospères.

Le chanteur Luis Fonsi, originaire de Porto Rico, y a apporté un coup de projecteur en y tournant en 2017 le clip de « Despacito », vidéo la plus visionnée de l’histoire de YouTube.

Mais la star nationale est le chanteur Ricky Martin, visé dernièrement par des messages sexistes et homophobes de la part du gouverneur de Porto Rico, Ricardo Rossello, qui ont provoqué une vive polémique sur l’île.

M. Rossello, empêtré dans ce scandale et accusé de corruption, a annoncé dimanche soir qu’il ne briguerait pas un nouveau mandat en novembre 2020 et quitterait la direction de son parti.

– Cousin de l’Amérique –

Ancienne colonie espagnole, Porto Rico est devenue territoire américain à la fin du XIXe siècle avant d’acquérir dans les années 1950 un statut spécial d' »Etat libre associé », terme qui renferme toute la complexité des relations entre ces cousins lointains.

L’île dispose d’un drapeau, de sa propre constitution et d’un gouvernement autonome gérant les affaires intérieures. La défense et la politique étrangère sont assumées par Washington ainsi que les questions de commerce et d’infrastructures.

Citoyens américains et souvent fiers de l’être, les Portoricains parlent majoritairement espagnol. Ils ne peuvent pas voter à la présidentielle américaine, mais Donald Trump est leur président et les lois votées à Washington les touchent directement.

Lors d’un référendum consultatif sur le statut de l’île en 2017, le rattachement aux Etats-Unis a été choisi par 97% des votants, avec un taux de participation de seulement 22,7%.

– Une économie en faillite –

Porto Rico a longtemps joui d’exonérations fiscales qui ont poussé les entreprises américaines à s’y installer, remplaçant peu à peu les plantations de canne à sucre. Mais en 2006, Washington a retiré ces avantages et les entreprises ont alors déserté en masse l’archipel.

Frappée doublement par cette saignée et la crise financière, Porto Rico a plongé dans la récession. L’île a déclaré en mai 2017 le plus gros processus de faillite jamais lancé par une entité locale aux Etats-Unis.

Porto Rico croule alors sous une dette de plus de 73 milliards de dollars. 44% de la population vit sous le seuil de pauvreté.

Les coupes budgétaires, un chômage élevé (8,5% de la population en mai 2019) puis l’ouragan Maria ont entraîné un exode vers les Etats-Unis. Porto Rico a perdu 4% de sa population.

– L’ouragan Maria –

L’ouragan Maria a dévasté l’île en septembre 2017. Près de 3.000 personnes sont mortes, selon un bilan officiel récusé par Donald Trump.

Ses habitants sont restés en moyenne 84 jours sans électricité, 64 jours sans eau et 41 jours sans réseau téléphonique.

Habitations, commerces et infrastructures ont été laminés, les dégâts se sont élevés à 90 milliards de dollars. Il s’agit du troisième ouragan le plus coûteux des Etats-Unis depuis 1900.



À LA UNE
Retour en haut