Politique › Institutions

Processus électoral en RDC: Leïla Zerrougui encourage la CENI à tenir compte des critiques

La représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies en RDC s’exprimait ainsi à l’issue d’une rencontre dite de “prise de contact” avec la Commission électorale nationale et indépendante (CENI). “Il ne faut pas être enfant gâté, il faut accepter la critique, elle est saine a déclaré Mme Zerrougui.

Jeudi 22 février 2018, à l’issue d’une rencontre dite de “prise de contact” avec la Commission électorale nationale et indépendante (CENI), Leïla Zerrougui, représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies en RDC a évoqué les divergences qui planent sur le processus électoral au pays.

Implicitement, la patronne de la MONUSCO a demandé au président de la CENI, Corneille Nangaa d’être perméable aux critiques notamment celles relatives à la machine à voter.

“Il ne faut pas être enfant gâté, il faut accepter la critique, elle est saine. Ça veut dire qu’on croit encore au processus et on lui demande (Corneille Nangaa, président de la CENI) de nous prouver qu’on peut lui faire confiance”, a déclaré Mme Zerrougui.

C’est également jeudi que le bureau de la CENI a une des séances “techniques” avec les parties prenantes au processus électoral parmi lesquelles, l’UNC et le Front pour le respect de la constitution dirigé par le MLC. Chacune des parties a récusé une fois de plus la machine à voter, une innovation dans le système électoral en RDC.

“Nous pensons que dans 10 mois les élections peuvent avoir lieu sans la machine à voter”, a dit Eve Bazaiba, secrétaire général du MLC. “Nous ne sommes pas encore convaincus qu’il faille utiliser cette machine qui peut créer beaucoup des problèmes”, a expliqué Vital Kamerhe, président de l’UNC.

La représentante de la MONUSCO demande à la CENI de convaincre les parties prenantes au processus.

“Il faut aplanir les difficultés pour pouvoir avancer mais pour aussi convaincre les partenaires que l’on peut travailler ensemble, qu’il y a la volonté, qu’il y a un processus crédible et pour convaincre les parties congolaises: qu’il s’agisse de l’opposition, du peuple congolais qui va voter, de la majorité”.

A la CENI, Leïla Zerrougui demande de rétablir la confiance.

“C’est positif c’est normal on va aux élections, on est des acteurs politiques on ne va pas aux élections pour perdre on va pour gagner. Et comme on a pas confiance dans le système on se dit peut être … il faut rétablir la confiance, il faut convaincre les gens à travers les actes, quand les critiques sont légitimes il faut savoir se corriger”, a-t-elle interpellé.

La chef de la mission Onusienne en RDC poursuit ses consultations avec la classe politique congolaise.  “Si l’on veut construire l’avenir avec des tensions politiques ce n’est pas grave mais si on veut construire l’avenir avec le chaos c’est grave”, a-t-elle conseillé.



Bon plan
Publié le 26.02.2020

Monument à la gloire des soldats congolais

C'est un mémorial érigé en l'honneur des soldats congolais. Il y a trois soldats représentés sur ce monument. Ce sont trois hommes de plus ou…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Kinshasa et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut