Politique › Justice

Procès Kamerhe : les plaidoiries fixées au 11 juin

Vital Kamerhe

L’audience publique du procès sur le détournement présumé des fonds alloués au programme de 100 jours de Félix Tshisekedi, a été consacrée ce jeudi 4 juin, à l’audition des témoins. Cette quatrième audience, a marqué la fin de la phase de l’instruction, les plaidoiries étant fixées au jeudi 11 juin 2020.

Parmi les témoins entendus jeudi 4 juin dernier à la prison centrale de Makala figure le directeur général de la Direction générale de contrôle des marchés publics (DGCMP), Michel Ngongo, qui n’a pas reconnu la régularité du marché conclu avec la société SAMIBO dans le cadre des logements sociaux.

L’ancien ministre du Budget, Pierre Kangundia, a fait sa déposition en rapport avec son rôle joué dans le programme d’urgence de 100 jours. Selon lui, le décaissement des fonds n’avait pas suivi la procédure normale ; car, opéré sous le mode d’urgence.

Cette version a été confirmée par son ancien collègue des Finances, Henri Yav, précisant que le fonds de 57,6 millions avait été versé à la société SAMIBO en plusieurs tranches, avant même la mise en œuvre du projet. Le gouverneur de la Banque centrale du Congo (BCC), Deogratias Mutombo, a abondé dans le même sens.

La société SAMIBO divise les membres de la commission chargée du suivi de 100 jours

La question de savoir qui a sélectionné la société SAMIBO pour fournir les maisons préfabriquées, les témoins –notamment les membres de la commission chargée du suivi du programme de 100 jours – sont divisés.

Les uns, comme le député Peter Kazadi, soutiennent que la sélection des prestataires ne relevait de la commission et que celle-ci n’a pas traité de ces maisons préfabriquées. D’autres, à l’instar de Babada Afi – conseillé à la présidence, ont émis un avis contraire.

Le témoignage du conseiller principal du Chef de l’Etat en matière économique et financière, Marcelin Bilomba, a suscité un grand débat. Ce dernier a critiqué l’opacité dans la mise en œuvre de ce programme, affirmant dans la foulée que le prévenu Jammal avait perçu en réalité 66,7 millions USD  et 57,6 millions.

Désormais c’est aux différentes parties au procès, sur bases des pièces en leur possession et des témoignages recueillis à la barre de fixer l’opinion du tribunal, tout comme du public sur ce qui s’est réellement passé sur le décaissement des fonds pour ce pan du programme de 100 jours du chef de l’État.

 



Bon plan
Publié le 26.02.2020

Monument à la gloire des soldats congolais

C'est un mémorial érigé en l'honneur des soldats congolais. Il y a trois soldats représentés sur ce monument. Ce sont trois hommes de plus ou…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Kinshasa et recevez gratuitement toute l’actualité

Retour en haut