Société › Actualité

Prisons congolaises : la CNDH dénonce de graves violations des droits de l’homme

Mwamba Mushikonke Mwamus.

La Commission Nationale des Droits de l’Homme CNDH a publié ce mardi son rapport sur les visites des prisons et autres lieux de détention publié par la Commission nationale des droits de l’homme (CNDH).

Ce document porte notamment sur l’état physique des infrastructures pénitentiaires ainsi que des cachots tant des parquets que de la police, leurs capacités d’accueil, la prise en charge médicale des détenus, leur alimentation, etc.

La CNDH a documenté notamment le nombre excessif des détenus préventifs, la présence d’enfants accompagnant leurs parents, des cas de rupture des stocks des vivres dans les prisons, le monnayage des visites par les policiers commis à la garde des prisons, l’insuffisance des magistrats instructeurs dans les parquets des provinces, l’absence d’unités médicales dans la majorité de prisons, etc.

Elle dit avoir relevé au cours de ces visites, plusieurs autres violations des droits humains des détenus et des prisonniers.

« Ces violations sont principalement d’ordre structurel et accessoirement liées aux humeurs des OPJ, magistrats et personnel pénitentiaire », dit le président de la CNDH Mwamba Mushikonke Mwamus.

Publié au cours d’une cérémonie organisée dans la salle des conférences du Ministère des affaires étrangères, ce rapport sera envoyé aux différentes institutions de la République dont le Président de la République, l’Assemblée nationale, le Sénat, le Gouvernement, la Cour constitutionnelle, à la Cour de cassation, le Conseil d’Eta, la Haute cour militaire et aux Parquets près ces juridictions.

La Commission Nationale des Droits de l’Homme a été constituée comme un organisme technique, consultatif, indépendant, pluraliste, apolitique, doté de la personnalité juridique et émargeant au budget de l’Etat, suivant la Loi organique n° 13/011 du 21 mars 2013.

Video

Vos paris sportifs
Zapping CAN 2019
À LA UNE
Retour en haut