International › AFP

Pete Buttigieg: « Je n’ai pas mariné pendant des années à Washington »

Sorti de nulle part ou presque, Pete Buttigieg, maire d’une petite ville de l’Indiana, s’est invité, à 37 ans, parmi les principaux prétendants à l’investiture démocrate pour l’élection présidentielle de 2020.

L’AFP a rencontré le jeune candidat, positionné sur la même ligne centriste que l’ancien vice-président Joe Biden, lors d’une tournée de quatre jours en car sur les routes du New Hampshire, deuxième Etat à voter, début février, dans la primaire démocrate.

– En quoi vous démarquez-vous?

« Une chose qui je pense reste vraie aujourd’hui, et qui l’était déjà en 2016, est le niveau de frustration qu’ont les gens avec ce qui ne fonctionne pas, avec la défaillance de notre système politique, mais aussi économique à de nombreux égards. C’est pour cette raison que l’appétit est grand, même aujourd’hui, ou surtout aujourd’hui, pour quelqu’un ne venant pas de Washington. C’est ce que je peux offrir ».

« Je peux également apporter une expérience politique supérieure à celle du président (Trump) et un plus grand respect des normes et des institutions de ce pays. J’observe pendant cette campagne une envie de s’attaquer aux gros chantiers et de le faire de façon à mettre fin aux divisions ».

– Avez-vous suffisamment d’expérience?

« Je n’ai pas mariné pendant des années à Washington. Aucune expérience ne vaut celle du Bureau Ovale et toute personne responsable devrait en être intimidée. Mais si vous pensez à tout ce dont un maire doit s’occuper: non seulement s’attaquer à des questions comme l’équité raciale ou le développement économique, mais aussi présenter des résultats, être directement face à ses responsabilités, sans faits alternatifs. C’est le genre d’expérience dont nous avons besoin selon moi ».

« J’ai plus d’expérience militaire (il a notamment combattu en Afghanistan, ndlr) que tous les présidents que nous avons eus depuis près de 30 ans ».

– Comment comptez-vous attirer les sympathisants de Joe Biden?

« On ne reviendra pas à la normalité. La normalité n’a pas fonctionné et c’est ce qui nous a amené Donald Trump. Ce que je propose est un message vraiment différent sur la meilleure façon d’aller de l’avant ».

« Chaque fois que mon parti a remporté la présidentielle au cours des cinquante dernières années ou plus, c’était avec un candidat qui venait d’arriver sur la scène nationale, faisait appel aux plus hautes valeurs des Américains, n’était pas vu comme une créature de Washington et représentait une nouvelle génération de dirigeants ».

« Nous sommes en pointe sur certaines questions, notamment la réforme de notre système démocratique. Il y a d’autres domaines dans lesquels je dirais volontiers que nous ne sommes pas aussi extrêmes que certains de mes concurrents, comme la santé ou d’autres ».



À LA UNE
Retour en haut