Société › Actualité

Que pensent les Congolais de la Monusco?

Des casques bleus patrouillent à Ulvira (Sud-Kivu) le 30 septembre 2017. © REUTERS/Crispin Kyala

Le président Joseph Kabila s’est montré très critique vendredi 26 janvier face à la mission de l’ONU au Congo, accusée de n’avoir « éradiqué » aucun groupe armé en près de vingt ans de présence en RDC. Il a également dit refuser l’ingérence de l’ONU dans la gestion de son pays. Alors que le mandat de la Monusco, la mission la plus importante au monde par ses budgets et ses effectifs, doit être renouvelé courant mars, que pensent les acteurs congolais de l’utilité de cette mission ?

Depuis 2013, le président congolais demande régulièrement une réduction du nombre de casques bleus dans son pays, en vue de leur départ définitif. Vendredi, Joseph Kabila a également évoqué son intention de clarifier ses relations avec la Monusco, sous-entendu de revoir son mandat.

Pour le comité laïc de coordination c’est impensable ! « Restreindre son mandat ? Certainement pas ! Puisque vous voyez bien qu’en cas de manifestation, notre police et notre armée ne font pas vraiment leur travail qui est la protection des citoyens. Autrement, nous n’aurions pas de morts par balles au cours des manifestations », dit Leonie Kandolo porte-parole du Comité laïc organisateur des marches de protestation en décembre dernier à Kinshasa

Pour ces civils, la présence de la Monusco permet de réduire les excès potentiels de la police. Certains voudraient donc voir le mandat de l’ONU au contraire élargi. Que la Monusco s’implique davantage dans les affaires politiques, voir certifie les élections. C’est le cas de Bienvenu Karhakubwa, membre de la société civile au Sud-Kivu. Il a écrit un ouvrage sur la mission de l’ONU au Congo (en 2015). « Le problème de la RDC c’est un problème de gouvernance. Et nous voudrions que l’ONU, au travers de sa mission dans notre pays, puisse clairement accompagner le processus. L’ONU peut doter cette mission d’un mandat un peu plus large pour permettre à cette mission de certifier les élections. »

Avec 180 groupes armés qui opèrent dans le pays, d’autres pensent au contraire que la mission de l’ONU devrait se concentrer sur la seule éradication des groupes rebelles pour être efficace, et agir plutôt qu’observer. « Aujourd’hui la Monusco joue un rôle passif en RDC. Si elle n’est pas en mesure de jouer un rôle actif, c’est-à-dire de se déployer sur le terrain – c’est à la guerre à l’est ! – nous ne voyons pas l’utilité de sa présence en RDC. Il ne suffit pas de constater », résume Adam Munkutu Chalwe, coordonateur de la jeunesse de la majorité présidentielle.

Le 31 mars, comme chaque année, l’ONU devra renouveler le mandat de la mission de l’ONU au Congo. Une mission qui, depuis quatre ans sous la pression financière des pays contributeurs à l’ONU, réduit chaque année un peu plus sa présence.



Bon plan
Publié le 26.02.2020

Monument à la gloire des soldats congolais

C'est un mémorial érigé en l'honneur des soldats congolais. Il y a trois soldats représentés sur ce monument. Ce sont trois hommes de plus ou…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Kinshasa et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut