Société › Education

Obul Okwess : « Que le Ministre de l’ESU retire sa note et renonce à la quotité ! »

Adelard Obul Okwess Mayamba, Chef des travaux à l’Institut Facultaire des Sciences de l’Information et de la Communication, Ifasic.

Vraisemblablement, une grève est en vue au sein des institutions supérieures et universitaires publiques en République Démocratique du Congo. À en croire les syndicats de ces institutions, ces derniers auraient demandé au Ministre de l’enseignement supérieur et universitaire de retirer sa note circulaire fixant le taux de paiement des frais académiques à 920 FC/dollars, au lieu de taux du jour fixé à 1600FC/dollars. Dans le cas contraire, à partir de lundi 19 février 2018, le personnel académique va déclencher une série de grèves.

Très inquiet, Adelard Obul Okwess Mayamba, Chef des travaux à l’Institut Facultaire des Sciences de l’Information et de la Communication, Ifasic, a, au cours d’un entretien, exigé au Ministre de l’Enseignement Supérieur et Universitaire, Steve Mbikayi, de retirer sa note et de renoncer à la quotité dont son ministère bénéficie de la part des universités.

En effet, il faut absolument comprendre que le Ministre de l’ESU, ne fait aucune unanimité au sein des institutions supérieures et universitaires publiques. Partant de ses prises des décisions et surtout lorsqu’il s’agit pour le Ministre de l’ESU Steve Mbikayi de se mettre au côté des étudiants, concernant le taux de frais académiques, qui d’ailleurs a créé beaucoup d’altercations au sein des universités.

Hélas, à propos du taux de change sur les frais académiques, certains universitaires l’ont si bien compris, à l’instar de ceux de l’Ifasic, selon le Chef des travaux Adelard Obul Okwess Mayamba: « Les étudiants et l’administration avons jugé bon de faciliter le travail des professeurs, puisque le taux auquel nous nous referons, les étudiants l’adoptent contrairement aux autres ».

A ce sujet, certains observateurs regardent de près ce climat maussade. Adelard Obul Okwess, ce dernier orateur de renom, pense bien évidemment que la solution ne viendra que suite au retrait de la note du ministre. « Le Ministre doit retirer sa note qui n’a aucune base, une fois qu’il aura retiré cette note, le Ministre doit renoncer à venir prendre la quotité, malgré le fait qu’il réduit les frais académiques, qu’il sache que s’il n’y a pas la quotité, les professeurs souffrent amèrement », lâche Obul Okwess.

Le chef des travaux interpelle le ministre de l’ESU quant au respect de la parole donnée lors de la signature de protocole d’accord. Pour lui, le respect est nécessaire. « Les professeurs sont des érudits de ce pays, nous devons quand même les respecter. Quand l’année académique avait commencé, l’on prévoyait un budget alors, cependant, il fait déjà quatre mois sans que les institutions ne bénéficient de frais de fonctionnement de la part du Gouvernement, c’est irréaliste de la part du Ministère de l’ESU », lâche-t-il. À en croire le chef des travaux, en payant les frais académiques avec le taux de 920 FC/dollars, les étudiants savent tout à fait que cela ne facilite pas le travail des enseignants.

D’emblée, après avoir exprimé son mécontentement de la part de la conduite du Ministre de l’enseignement supérieur et universitaire, il recommande par conséquent au ministre de laisser la gestion des instituts au niveau local qui vont faciliter beaucoup de choses.  « Qu’il laisse chaque institution gérer la situation au niveau local et qu’il renonce à venir prendre la quotité, qu’il prend indûment que les parents paient pour que ses enfants soient enseignés », rétorque Adelard Obul Okwess Mayamba avec un air interpellateur.



Bon plan
Publié le 26.02.2020

Monument à la gloire des soldats congolais

C'est un mémorial érigé en l'honneur des soldats congolais. Il y a trois soldats représentés sur ce monument. Ce sont trois hommes de plus ou…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Kinshasa et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut