International › AFP

Neuf mois de fièvre Ebola en RDC : 900 morts

Pas d'image

L’épidémie de la fièvre hémorragique Ebola a fait 900 morts depuis août dans l’est de la République démocratique du Congo où l’insécurité et les résistances entravent la riposte, selon un dernier décompte des autorités sanitaires.

Depuis le début de l’épidémie, « le cumul des cas est de 1.396, dont 1.330 confirmés et 66 probables. Au total, il y a eu 900 décès » au 25 avril, indique le ministère de la Santé dans son dernier bulletin sur la situation épidémiologique daté de vendredi.

Selon cette source, 394 personnes ont été guéries d’Ebola tandis que 260 cas suspects sont « en cours d’investigation ».

L’épidémie a été déclarée le 1er août dans la province du Nord-Kivu (nord-est) et marginalement en Ituri voisine. L’épicentre s’est déplacé de Mangina, en zone rurale, à la ville de Beni, puis actuellement à Butembo-Katwa, à 50 km au sud de Beni.

Dans cette zone où les populations se déplacent beaucoup, les rumeurs et la défiance entravent le travail des personnels de santé. Une partie des habitants de la région sont dans un déni de la maladie, qui prend parfois des formes violentes.

La semaine dernière, un médecin camerounais déployé par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) pour lutter contre Ebola a été tué par des assaillants armés alors qu’il était en réunion de travail avec son équipe anti-Ebola à l’hôpital universitaire de Butembo.

Les Centres de traitements d’Ebola (CTE) de Katwa (à huit km de Butembo) puis de Butembo ont été attaqués fin février et début mars. Au moins un policier a été tué à Butembo.

L’actuelle épidémie de fièvre hémorragique Ebola est la dixième et la plus grave enregistrée sur le sol congolais depuis 1976.

Elle est la deuxième la plus grave après celle en Afrique de l’ouest en 2014 (plus de 11.000 morts en Guinée, Sierra Leone et au Liberia principalement).

Video

Vos paris sportifs
1xbet
Zapping CAN 2019
À LA UNE
Retour en haut