Culture › Musique

Musique: Fally Ipupa sur RFI, un artiste engagé dans la lutte contre les enfants soldats

Fally Ipupa sur rfi

Le chanteur et danseur congolais Fally Ipupa est l’invité exceptionnel de RFI mardi 11 février. En une quinzaine d’années de carrière solo, le chanteur a modernisé la rumba congolaise et l’a lancée à la conquête des scènes du monde entier. Mais l’artiste de 42 ans ne se contente pas de « faire danser Paname » ou Kinshasa, pour reprendre un de ses titres, c’est aussi un homme d’engagement.

Artiste et homme d’affaires, Fally Ipupa est aussi un père de famille engagé auprès des Nations unies et avec l’Unicef pour l’éducation et contre la malnutrition. Depuis un an et demi, le chanteur et danseur est ambassadeur de la Monusco, la Mission des Nations unies en RDC, contre l’enrôlement d’enfants soldats, un fléau dans l’Est du pays.

« On n’a pas besoin d’enfants soldats au Congo. On a plutôt besoin d’aider ces enfants à aller à l’école, avoir une bonne éducation pour l’avenir de notre pays et notre continent », s’insurge Fally Ipupa.

En vidéo, sur ses réseaux sociaux – parmi les plus suivis en RDC – ou bien sur le terrain, l’artiste met bénévolement sa notoriété au service de la cause des enfants.

« Libérez les enfants »

« Parmi, même, les chefs de ces milices, il y a quand même des gens qui écoutent la musique, il y a quand même des gens qui aiment « Fally » et c’est une façon claire de dire, aussi, restez soldats, mais libérez les enfants. Il y a plusieurs chefs de guerre ou chefs des milices qui commencent aussi à prendre conscience qu’ils ne doivent pas séquestrer ou engager les enfants, donc c’est une bonne chose », poursuit-il.

Selon l’ONG suédoise War Child, la majorité des enfants qui rejoignent les groupes armés en RDC le font « volontairement » entre guillemets, faute d’alternative. Fally Ipupa en est donc conscient : le combat prendra du temps…

style="display:inline-block;width:336px;height:280px" data-ad-client="ca-pub-9760088965124508" data-ad-slot="2140806877">

Source: rfi



À LA UNE
Retour en haut