› Personnalités

Matungulu appelle à une évaluation du processus électoral par l’opposition

Freddy Matungulu, président à la présidentielle du 23 décembre

Freddy Matungulu a critiqué la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) et la Cour Constitutionnelle après l’invalidation des candidatures d’Adolphe Muzito et de Jean-Pierre Bemba.

« Après la mise à l’écart de Moise Katumbi, ce développement éloigne un peu plus la nécessaire inclusivité du processus électoral. Bien plus, les invalidations n’écornent davantage un processus électoral déjà fortement handicapé par des financements insuffisants, l’obstination de la CENI à faire usage de la machine à voter rejetée par nos populations, un fichier électoral pipé, et une capacité logistique de déploiement du matériel électoral incertaine. J’en suis profondément préoccupé », a-t-il dit dans un communiqué. Toujours ce lundi 3 septembre, Moise Katumbi et Adolphe Muzito, ont pour leur part réaffirmé leur volonté de fédérer l’opposition autour d’une candidature commune. Réunis à Bruxelles, les deux opposants qui ne peuvent pas concourir pour la présidentielle ont également insisté sur la nécessité de mutualiser leurs efforts. Le même appel est lancé par Matungulu.

« Face à ce sombre tableau, j’appelle à une large évaluation de l’ensemble du processus électoral par l’opposition. Nous devons en effet définir une position commune quant à la suite du processus. L’union demeure la seule clé de succès de notre quête pour l’indispensable alternance voulue par nos populations. Sans l’alternance, le chemin du travail bien fait et du progrès économique et social, que la kabilie a hermétiquement fermé, risque de ne plus jamais s’ouvrir pour notre pays », a-t-il ajouté.

 

 

Video

Vos paris sportifs
À LA UNE
Retour en haut