Culture › Livres

Mascarades, le livre qui dépeint Kabila et son régime

L’auteur du livre est militant au sein de la Lutte pour le Changement ( Lucha ) et l’idée d’écrire ce bouquin est née selon lui à Kinshasa.

Publié aux éditions Edilivres, “Mascarades, le requiem d’une démocratie mort-née au Congo-Kinshasa” est le tout premier essai de Marcel Héritier, militant au sein de la Lutte pour le Changement ( LUCHA ). Après avoir été kidnappé en 2016 à Kinshasa, il quitte le grand pénitencier de la capitale au mois d’août de la même année. Le jeune auteur a depuis, trouvé un havre de paix en Belgique. 366 pages pour décrire et raconter la situation socio-politique en RDC qu’il considère comme “une utopie estropiée.”

C’est à Kinshasa que l’idée d’écrire ce bouquin est née. Jusqu’en 2016, Marcel Héritier était encore en RDC avant d’être emprisonné la même année. Natif de Beni, à l’Est de la RDC, Marcel Héritier fait son premier long séjour  dans la capitale en 2013.  Ce qui lui permet de découvrir, entre autre, la perception des kinois sur la situation chaotique du pays : “ les kinois que j’ai rencontrés en 2013 avaient le pressentiment que le pays a du mal à se relever parce que l’Est avait acquis les mauvaises habitudes de la guerre, en complicité avec les voisins. Ce n’est pas tellement faux mais pas aussi tranché qu’imaginé dans le commun des mortels.”

Le jeune auteur dit s’être vite rendu compte que pour un kinois lambda le Congo c’est Kinshasa, sauf que pour lui, il n’en est pas le cas pour les autres provinces : “ Mon but était donc de fixer les ponts entre différents moments historiques de ce qu’est devenu le Congo en 1960 et les différentes conceptions de celui-ci, afin de pouvoir asseoir une meilleure compréhension des faits ayant favorisé cette sorte de « balkanisation sociologique » du pays.

“ Mascarades” c’est donc le regard d’un jeune congolais né à Beni,  un an avant le multipartisme en RDC. “ Ce livre est le regard d’un jeune qui a goûté tant soit peu, à la démocratie made in Zaire-RDC.”  précise son auteur qui voulait partager ses souvenirs.

“Les massacres de Beni est un génocide sporadique pour assouvir les faits divers politiciens”

Marcel Héritier revient également sur  l’assassinat du Colonel Mamadou Ndala qu’il considère comme “le symbole même d’un Congo qui transcende les clivages sociologiques et les frontières provinciales du Congo” Assassiné  le 2 janvier 2014, Mamadou Ndala était pour l’auteur de Masacarades, “ l’un de ces rares soldats qui sont restés attachés à leur serment, sans trop se mêler du business et de l’ascendance politique. Plus encore, Mamadou Ndala est un modèle.”

Pour l’auteur, les massacres de Beni est un génocide sporadique pour assouvir les faits divers politiciens et bedonner une appétence boulimique et hédonique. Mascarades revient également sur les tentatives de conciliations pro-alternance « sans issus d’alternative », du Front-Citoyen 2016 au Rassemblement des Forces Politiques et Sociales acquises au Changement (RASSOP).

Revenant sur la rhétorique médiatique et institutionnelle à propos des vrais faux ADF et/ou Nalu, Mascarades déconstruit  selon son auteur, les « fausses thèses islamistes » et le « maquillage d’un crime d’État et procès de la honte .»



Bon plan
Publié le 26.02.2020

Monument à la gloire des soldats congolais

C'est un mémorial érigé en l'honneur des soldats congolais. Il y a trois soldats représentés sur ce monument. Ce sont trois hommes de plus ou…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Kinshasa et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut