Elections 2018 › Présidentielle

Martin Fayulu empêché d’entrer dans Kinshasa

Martin Fayulu empêché d'entrer dans Kinshasa.

Alors que des centaines de partisans étaient déjà rassemblés depuis mercredi 19 décembre matin sur la place Sainte-Thérèse de Ndjili pour assister à son meeting.

Le candidat de l’opposition Matin Fayulu, a été empêché d’entrer à Kinshasa le mercredi 19 décembre 2018. Ce refus est arrivé après que le gouverneur de Kinshasa, André Kimbuta, ait suspendu la campagne électorale dans la cité capitale. Une décision du gouverneur est arrivée alors que le candidat était attendu à Kinshasa. Il devait arriver par la route, mais a été empêché de rentrer dans la capitale congolaise. Des centaines de partisans étaient déjà rassemblés depuis mercredi 19 décembre matin sur la place Sainte-Thérèse de Ndjili pour assister à son meeting.

Martin Fayulu a critiqué la suspension de la campagne et se dit « prisonnier dans son propre pays ».

« Cette décision du gouverneur est totalement illégale, le gouverneur n’a aucune qualité pour suspendre les activités de campagne, a lancé le candidat à la présidentielle. Dans ce cas-là, qu’on suspende la campagne dans toute la République démocratique du Congo ! J’ai décidé de m’arrêter aujourd’hui à Kinshasa, de m’adresser au peuple de Kinshasa, mais de quoi ont-ils peur ? Aucun de nos militants n’est violent », assure-t-il.

De part et d’autre de cette barrière de police, des partisans de Martin Fayulu étaient venus pour l’accompagner.

Plusieurs partisans de Fayulu ont été dispersés à coups de gaz lacrymogène. D’autres, pour protester, ont allumé des feux.

Une suspension « illégale »

Mercredi 19 dans la matinée, la rumeur d’une interdiction courait déjà. Les policiers étaient venus trouver l’équipe de campagne de Martin Fayulu sur le lieu du meeting. Cette équipe avait dénoncé des intimidations, mais disait avoir reçu l’assurance du chef de la police provinciale que le meeting était autorisé. Un meeting qui, initialement, devait se tenir au stade Tata Raphaël. Le stade avait été réservé et payé par le camp Fayulu jusqu’à ce que mardi 18, dans un courrier, les administrateurs du stade informent l’équipe que finalement ledit stade était réservé sans plus de précisions, ce qui avait déjà contraint Martin Fayulu à modifier le lieu de son meeting.

Même réaction du côté de l’autre candidat de l’opposition, Félix Tshisekedi. Pour sa coalition, Cap sur le changement, suspendre la campagne à Kinshasa est illégal et non avenu. Le candidat promet de maintenir son meeting dans la capitale vendredi.

Sur son compte Twitter, Félix Tshisekedi « condamne le traitement réservé » à Martin Fayulu. « Cette méthode, écrit-il, qui consiste à empêcher un opposant de finir paisiblement sa campagne est vile et abjecte. On se croirait revivre la fin de la campagne d’E. Tshisekedi en 2011. »

Pour l’organisation La Voix des sans voix, les raisons sécuritaires avancées « ne tiennent pas debout ». L’ONG se dit très préoccupée par les entraves dont font l’objet certains candidats.



Bon plan
Publié le 26.02.2020

Monument à la gloire des soldats congolais

C'est un mémorial érigé en l'honneur des soldats congolais. Il y a trois soldats représentés sur ce monument. Ce sont trois hommes de plus ou…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Kinshasa et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut