› Politique

Manifestations : Des blessés « graves » et des interpellations dans les rangs de la Lucha

Militant de la Lucha

Le mouvement citoyen Lucha rapporte qu’une vingtaine de ses militants ont été blessés et plusieurs autres arrêtés ce lundi 3 septembre dans les villes de Goma et Bukavu lors de la première mobilisation contre la machine à voter.

“La police a arrêté la marche au niveau de l’ULPGL et littéralement frappé les manifestants pacifiques à l’aide de bâtons et de crosses d’armes. Au moins 5 blessés graves viennent d’être admis à l’hôpital Heal Africa. Plus loin au siège de la CENI, la répression se poursuit”, a tweeté le mouvement. “4 militants ont été arrêtés dans la même ville. Nous condamnons ces actes barbares de la part de la PNC et restons mobilisés pour dire non à la machine à voter imposée par Kabila et sa ceni”, a déclaré Gloire Wanzavalere qui s’occupe du monitoring au sein du mouvement ce lundi.

Dans la ville de Bukavu, le mouvement déplore une  « répression avec des tirs de lacrymogènes. 21 camarades arrêtés, 7 blessés dont 2 graves », selon la même source. A Kisangani, chef – lieu de la province de la Tshopo, la manifestation anti- machine à voter a été dispersée par la police sans incident majeur. “Il n’y a pas eu d’arrestation. Nous essayons encore d’atteindre le siège de la CENI pour déposer notre mémo”, a déclaré un militant.

Braver  l’interdit


Les militants du mouvement citoyen Lutte pour le Changement (LUCHA) ont bravé l’interdiction du maire de la ville de Kananga en manifestant dans la rue de Kananga contre la machine à voter. Pour y arriver, les activistes de la Lucha ont réussi à déjouer l’imposant dispositif de la police placé dans des principaux points de rassemblement où les militants s’étaient donné rendez-vous. Les militants ont, par ailleurs, emprunté le rond point Elf, tenant banderoles et calicots à la main. Ils se sont dirigés vers la  Commission électorale nationale indépendante (CENI) sans bruit et accompagnés par plusieurs dizaines de curieux.

 

Accueillis à l’entrée des installations de la CENI par le commandant de la police chargé de la sécurité du bâtiment, ils ont pénétré les installations et se sont mis par terre, bras accrochés les uns les autres. Le commissaire provincial de la police/Kasaï Central arrivé sur place, quelques minutes après, a essayé sans succès de convaincre les militants de la Lucha de quitter les installations de la CENI. Finalement, le secrétaire exécutif provincial de la CENI, Joseph Mputu Ilunga, est arrivé et a réceptionné le mémorandum des militants.



Bon plan
Publié le 26.02.2020

Monument à la gloire des soldats congolais

C'est un mémorial érigé en l'honneur des soldats congolais. Il y a trois soldats représentés sur ce monument. Ce sont trois hommes de plus ou…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Kinshasa et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut