› Politique

Manifestation à Kinshasa : l’opposition remercie la police

Image d'illustration

La marche de l’opposition a eu lieu à Goma ce vendredi 26 octobre 2018,  les opposants ont pu déposer  sans incident  leur mémorandum au secrétariat exécutif provincial de la Commission électorale nationale indépendante (CENI).

La manifestation contre la machine à voter a pris fin à Kinshasa. Vital Kamerhe, Martin Fayulu, Pierre Lumbi, Fidèle Babala, Freddy Matungulu, Jacques Chalupa, André-Claudel Ewanga et d’autres leaders de l’opposition sont arrivés avec leurs militants à l’espace compris entre le Boulevard Triomphal et l’Avenue de l’Enseignement ; « Nous disons merci à la population d’avoir répondu à l’appel des leaders, comme convenu, un groupe de leaders de l’opposition vont maintenant déposer le mémo à la CENI. Nous remercions également la police pour l’encadrement », a déclaré du haut du podium Vital Kamerhe. Candidat à la présidentielle, Martin Fayulu a réitéré également le rejet de cette technologie. « Nous voulons les élections, mais sans machine à voter. Le peuple est le représentant de Dieu. Nangaa a vu la démonstration du peuple. Personne n’utilisera cette machine à voter », a dit, pour sa part, le président de l’Ecidé.

En signe de protestation contre le maintien de la machine à voter, une imprimante a été brûlée devant les locaux de la CENI à l’issue de la marche. “Nangaa doit arrêter de s’entêter parce ce vote-là n’est pas pour sa maison. C’est le vote du peuple congolais. C’est nous qui décidons comment nous allons voter et nous ne préférons pas voter par les machines. On ne veut pas que les machines remplacent la population congolaise”, a dit d’un ton ferme Patrick Mundeke, conseiller de Moïse Katumbi en charge de la jeunesse. Une déclaration soutenue par Mathe Paypay, cadre de l’Union pour la nation congolaise (UNC) au Nord-Kivu. “Nous sommes là pas pour faire un bras de fer avec la CENI. Nous sommes là pour leur rappeler que cette machine ne figure nulle part dans la loi électorale. Nous sommes là pour sécuriser plus de 40 millions d’électeurs. Nous sommes là pour la paix et l’unité afin que le 23 décembre nous puissions aller aux élections crédibles, libres et démocratiques et ce, sans la machine à voter” a-t-il indiqué.

Le président national du parti libéral pour le développement (PLD), parti membre du regroupement politique Alliance pour la République (AR), se félicite de la tenue de la marche. “Au niveau de l’AR, nous dressons un bilan largement positif car pour le Nord-Kivu, j’ai constaté la présence de tous les partis phares de l’AR ainsi que tous les autres partis de l’opposition acquis à la cause. Il faut féliciter le professionnalisme qui a caractérisé la police. Il n’y a pas eu des casses ni des heurts tout simplement parce que la police n’a pas provoqué les manifestants”, se félicite Lumbulumbu. Les militants des mouvements citoyens dont la LUCHA ont également pris part à la marche pour exiger le retrait de la machine à voter et le nettoyage du fichier électoral.

 



Bon plan
Publié le 26.02.2020

Monument à la gloire des soldats congolais

C'est un mémorial érigé en l'honneur des soldats congolais. Il y a trois soldats représentés sur ce monument. Ce sont trois hommes de plus ou…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Kinshasa et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut