› Politique

Manifestation à Butembo en réponse à l’appel de l’opposition

Marche du 26 octobre 2018 à Butembo

Des centaines de Congolais ont marché à la mi-journée à Kinshasa, à l’appel de plusieurs partis d’opposition, pour réclamer l’abandon de la machine à voter et la révision du fichier électoral jugé « corrompu » pour la présidentielle prévue le 23 décembre.

La marche a débuté  vers 12h et s’est déroulée dans le calme avant de se terminer sur la place Triomphale. La police a encadré le cortège à distance et sur le boulevard Lumumba, où la circulation n’a pas été interrompue, les voitures ont continué de circuler en marge du cortège. Parmi les leaders, en tête de la marche, il y avait Martin Fayulu, Vital Kamerhe revenu hier soir d’Afrique du Sud, Adolphe Muzito également, Fidèle Babala pour le MLC de Jean-Pierre Bemba. Un temps annoncé l’ex-vice-président n’était pas là, son parti n’a pas donné d’explication officielle. Comme annoncé, l’UDPS, le parti qui traditionnellement draine le plus de manifestants à Kinshasa, n’a pas participé pas à cette marche aux objectifs « obscurs » expliquait encore ce matin Jean-Marc Kabund, secrétaire général du parti.

Des déçus ne défilent pas

« Cette marche, c’est pour une chose : réclamer les élections conformément à la Constitution, conformément aux lois de la République. Elections sans machine à voter, élections sans le fichier corrompu. Nous sommes là uniquement pour ça. Elections pour la décrispation politique, marche pour demander l’inclusive : tout le monde est concerné par ces élections », a déclaré Martin Fayulu. Interrogé sur l’absence de l’UDPS,  L’opposant de répondre : « la marche est pour le peuple congolais. Celui qui se sent concerné par des élections transparentes et crédibles, cette marche le concerne. Je reviens de Pretoria, nous étions avec l’UDPS, nous avons signé un document, et nous sommes mis d’accord, y compris l’UDPS pour les élections sans machine à voter, sans fichier corrompu. »

De nombreux mouvements citoyens sont également présents. L’ambiance est bon enfant. On scande le rejet de la machine, on aperçoit des gerbes de fleurs, pour célébrer l’enterrement de cette machine qui fait couler tant d’encre, perçue par les populations comme un outil de potentielle tricherie. « Il faut jeter la machine au fleuve », nous lance un manifestant. Les partis d’opposition avaient aussi appelé aujourd’hui la mobilisation dans d’autres villes du pays. A Lubumbashi, forces de l’ordre et de sécurité ont été déployées et des accrochages ont été signalés. A Mbuji-Mayi, les manifestants ont été dispersés malgré l’autorisation qui avait été accordée pour le meeting. A Kisangani et Bukavu, les marches n’ont pas été autorisées. Seules des délégations ont eu accès aux bureaux de la Monusco et de la CENI pour déposer leurs mémos. A Goma, la manifestation a pu avoir lieu, encadrée par la police.

 

 



Bon plan
Publié le 26.02.2020

Monument à la gloire des soldats congolais

C'est un mémorial érigé en l'honneur des soldats congolais. Il y a trois soldats représentés sur ce monument. Ce sont trois hommes de plus ou…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Kinshasa et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut