Eco et Business › L'Eco en +

Makutano 2017 : pourquoi la RDC peine-t-elle à se réindustrialiser ?

Droits reservés.

Le pays de Joseph Kabila est passé de près de 5 000 industries avant son indépendance à 460 aujourd’hui.

Des zones économiques spéciales restées lettre morte, des industries en perte de vitesse, l’émergence projetée à l’horizon 2030 de plus en plus hypothétique… Décidément, côté industrialisation, la RDC peine à redécoller. Non sans inquiéter les entrepreneurs privés regroupés dans le réseau « Makutano ».

Malgré un climat politique morose en RDC, certains entrepreneurs congolais misent déjà sur l’après-crise actuelle. Autour de Nicole Sulu, ils se rencontrés à Kinshasa, du 14 au 16 septembre, pour la troisième édition du forum d’affaires Sultani Makutano. Plusieurs businessmen et experts étrangers, à l’instar de l’ancien ministre ivoirien du Commerce Jean-Louis Billon, étaient également conviés à cette grand-messe de l’entrepreneuriat congolais.

Loin des tractations politiques interminables, c’est la question de l’industrialisation de ce grand pays subsaharien, étendu sur plus de 2,3 millions de kilomètres carrés, qui était au cœur des discussions. Pour une fois, il s’agissait de « parler concret », comme n’a cessé de rappeler l’initiatrice du projet. Que faut-il faire pour remettre cet État à fort potentiel sur les rails du développement ? Pourquoi peine-t-il à se réindustrialiser ? D’autant que le pays est passé de près de 5 000 industries avant son indépendance à 460 aujourd’hui. Ce dernier chiffre communiqué par le ministère congolais de l’Industrie démontre l’évolution terriblement décroissante de l’industrialisation de la RDC.

http://www.jeuneafrique.com/477371/economie/makutano-2017-pourquoi-la-rd…



Bon plan
Publié le 26.02.2020

Monument à la gloire des soldats congolais

C'est un mémorial érigé en l'honneur des soldats congolais. Il y a trois soldats représentés sur ce monument. Ce sont trois hommes de plus ou…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Kinshasa et recevez gratuitement toute l’actualité

Retour en haut