› Politique

Machines à voter : la Lucha promet de porter plainte contre les autorités

Manifestation de la Lucha du 3 septembre 2018 contre la machine à voter.

Sept militants du mouvement citoyen, Lutte pour le changement (LUCHA), ainsi qu’un taxi-moto arrêtés lundi 3 septembre dernier lors de la marche contre la machine à voter ont été libérés le mercredi 5 septembre 2018.

Ces militants accusés par le commandant de la police ville de Goma de destruction méchante ont été auditionnés par parquet avant d’être relaxés. « Il nous avait accusés de destruction méchante du pare-brise de son véhicule. Le parquet a établi que notre manifestation était totalement non-violente, que le pare-brise a été cassé par un projectile lancé par la population en réaction à la manière dont le colonel Job et sa troupe nous maltraitaient gratuitement. Le parquet a aussi pu constater les mauvais traitements dont nous avons fait l’objet », a dit Espoir Ngalukiye, militant de Lucha, menaçant de “saisir la justice” contre  le maire de la ville et le chef de la police en ville de Goma.

La plateforme de l’opposition “Ensemble pour le changement” avait récemment porté plainte contre le maire de Goma qu’elle accuse des “restrictions” aux droits de manifester publiquement. Quelques militants de Lucha blessés lors de la répression de la marche par la police ont été admis dans les hôpitaux à Goma. Au moins 89 membres de la Lucha ont été interpellés, d’après un communiqué du mouvement, qui réaffirme son engagement de poursuivre les manifestations à trois mois des élections prévues le 23 décembre 2018.



Bon plan
Publié le 26.02.2020

Monument à la gloire des soldats congolais

C'est un mémorial érigé en l'honneur des soldats congolais. Il y a trois soldats représentés sur ce monument. Ce sont trois hommes de plus ou…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Kinshasa et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut