Société › Actualité

Lydie Malingumu, du barreau au stylisme

Dans des écoles de stylisme, elle est une référence. Sa présence est remarquable dans de grands festivals de mode à travers le pays grâce à ses différentes œuvres dont la plupart impressionnent au-delà des frontières nationales. Coup de projecteur sur le parcours de Lydie Malingumu, une avocate de formation reconvertie en styliste.

Née à Bukavu, capitale du Sud-Kivu, une province dans l’Est de la RDC, Lydie Malingumu, connue sous le nom de son label “Marcia Création”, est la quatrième d’une fratrie de 6 enfants. Depuis son enfance, la mode a toujours été son rythme de vie. «C’était plus qu’une passion. Mon envie était de voir du style, du bon style tout court, d’autant que ma mère était aussi très animée par cette envie de créer, d’habiller. Alors plus j’en découvrais, plus j’avais aussi envie d’essayer de créer pour mon plaisir », raconte-t-elle sur un ton nostalgique.

Un héritage transmis de mère en fille, la passion de l’esthétique poussera Lydie à décrocher son bac en technique coupe-couture au Complexe Scolaire Monseigneur Moke, l’une de prestigieuses écoles de la ville de Kinshasa. Ce sera son premier pas dans la sphère styliste. Cette fois, pas seulement en tant qu’une simple admiratrice. Et elle ne s’arrêtera pas là.

Troquer la «toge d’avocat» pour des outils de couture

Après son bac, Lydie Malingumu va rejoindre l’Institut Supérieur des Arts et Métiers (ISAM). Elle a envie d’aller loin dans la création des modèles. Elle veut perfectionner sa passion. Mais elle abandonnera son rêve momentanément pour répondre à l’exigence de son père. «Il voulait à tout prix que je sois avocate. Alors pour lui faire plaisir, j’avais décidé d’arrêter mes études de stylisme pour faire le droit », argumente-elle.

Après une année d’études en stylisme à l’ISAM, Lydie rangera ses ciseaux de couture et son ruban à mesurer pour commencer les cours de droit à l’Université protestante du Congo (UPC). Elle en sortira avec un diplôme de licence en droit international. De quoi faire couler à son père une larme de joie. Lui qui a tant rêvé voir sa fille défendre les accusés devant les barreaux. Pourtant cela n’a jamais été la vocation de la jeune Lydie. «Après avoir eu ce diplôme de droit, je suis allée le présenter à mon père. Il était très content. Mais pour moi ce n’était pas vraiment ça. Je me sentais bien dans le style. Créer des modèles, c’est ça que j’aimais faire», se souvient-elle encore.

En 1998, Lydie Malingumu débarque à Paris pour accoucher de sa première fille. Ce voyage sera également pour elle une occasion de reprendre avec sa vieille passion, la mode. Elle s’inscrit dans l’École de la Sainte Marie Juvesie pour poursuivre ses études en stylisme.

Après l’école supérieure, Lydie s’investit davantage dans son talent de créer des modèles, mais uniquement pour son plaisir. «Les gens ne me croyaient pas. Ils se demandaient comment je pouvais quitter le droit pour le stylisme. Alors j’avais décidé de faire des tenues pour moi seule et pour les membres de ma famille. Mais ensuite des gens appréciaient beaucoup ce que je faisais et ils ont commencé à passer des commandes», explique-t-elle.

« Un entrepreneuriat inattendu »

A travers les différents modèles qu’elle crée pour sa famille et ses amis, Lydie Malingumu va se tailler une réputation autour de son entourage. Des commandes arrivent en surnombre. Et son mari ne peut plus supporter que la maison se transforme petit-à-petit en atelier où les amateurs de la bonne couture défilent. «Mon mari était frustré de voir les clients faire des vas-et-viens à la maison pour passer des commandes. Il m’a demandé de séparer le boulot et l’intimité. C’est à partir de là que j’avais décidé d’ouvrir mon atelier que j’ai nommé Marcia Création en l’honneur de ma fille qui s’appelle Marceline », dit-elle.

Cet atelier verra le jour aux années 2000. Érigé à Gombe, un arrondissement huppé de la ville de Kinshasa, Marcia Création sera un coup de pouce qui fera décoller la carrière de Lydie Malingumu dans le stylisme. Aujourd’hui, ça fera 18 ans que l’entreprise existe. Et ça demeure l’une des références de la mode africaine.

Lydie habille toutes catégories des personnes, entre autres les premières dames de nombreux États africains.  Ce qui lui a valu de prestigieux prix tels que le brevet de « Connaisseur de Style » que l’entreprise textile hollandaise Vlisco lui a décerné en 2014. Sans oublier sa participation régulière, en tant qu’habilleuse, à Miss Vodacom et à Miss Congo qui sont les deux grands concours de beauté organisés en République démocratique du Congo.

Avec au moins 30 employés, Marcia Création est aujourd’hui un modèle de l’entrepreneuriat féminin qui réussit à se faire une place de choix dans un environnement dominé par le leadership masculin.



Bon plan
Publié le 26.02.2020

Monument à la gloire des soldats congolais

C'est un mémorial érigé en l'honneur des soldats congolais. Il y a trois soldats représentés sur ce monument. Ce sont trois hommes de plus ou…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Kinshasa et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut