› Personnalités

Louise Mushikiwabo l’amoureuse de l’afrique

Louise Mushikiwabo

Agé de 57 ans, Louise Mushikiwabo cumule le poste de ministre des Affaires Etrangères avec celui de porte-parole du gouvernement rwandais depuis 9 ans.

Née en 1961  à Kigali, Mushikiwabo est la cadette d’une famille de neufs enfants.  Après avoir obtenu son baccalauréat, elle enseigne l’anglais dans un lycée avant de bénéficier  d’une bourse pour des études d’interprétariat aux États-Unis en 1986. Son frère, le leader politique Landoald Ndasingwa, est l’une des premières victimes du  génocide de 1994 qui fit 800.000 morts essentiellement au sein de la minorité tutsi. Arrivé aux  Etats-Unis, la rwandaise travaille en tant que interprète.  En 2008, elle décide de regagner sa terre natale,  le Rwanda  après un bref passage en Tunisie comme directrice de la communication de la Banque africaine de développement (BAD). Un an plus tard, le président Paul Kagame la nomme à la tête du ministère de l’Information, avant d’en faire sa cheffe de la diplomatie. Mais Mushikiwabo n’a jamais adhéré au Front patriotique rwandais (FPR), parti de Paul Kagame.

Élue pour un mandat de quatre ans, elle devient la quatrième secrétaire générale de l’Organisation Internationale de la Francophonie, après l’Égyptien Boutros Boutros Ghali (1997-2002), le Sénégalais Abdou Diouf (2002-2014) et la Canadienne Michaëlle Jean (2014-2018). La canadienne qui a perdu le soutien de son pays et du Québec. Elle avait dénoncé « les petits arrangements entre États », ayant conduit à la désignation de la candidate Rwandaise soutenue par la France et l’Union Africaine (UA). « L’unité du continent africain autour de ma candidature m’honore », a déclaré la nouvelle secrétaire générale de l’OIF soulignant être venue « rwandaise et Africaine » à Erevan mais repart « francophone ». Sa désignation par acclamation été perçue par le ce de la commission de l’union africaine (UA) comme une démonstration de « ses qualités, son expérience, et son leadership qui sont ainsi unanimement reconnus par la famille francophone ». Le français est la troisième langue officielle du Rwanda après le Kinyarwanda et l’Anglais.

 

À LA UNE
Retour en haut