International › AFP

Les voisins de la Libye à Alger pour tenter de favoriser un règlement politique

Les cinq pays voisins de la Libye se sont retrouvés jeudi matin à Alger dans le cadre des efforts internationaux visant à favoriser le règlement politique d’une crise qui menace la stabilité régionale.

Cette rencontre régionale, à l’initiative de l’Algérie, a débuté en milieu de matinée par une prise de parole de chacun des participants et se poursuit à huis clos, a constaté un journaliste de l’AFP. Elle réunit les ministres des Affaires étrangères de la Tunisie, de l’Egypte et du Tchad ainsi que des diplomates du Soudan et du Niger.

Est également présent le ministre allemand Heiko Maas, qui doit informer les participants des résultats du sommet international de Berlin, dimanche, au cours duquel il a été promis de respecter un embargo sur les armes et de ne plus interférer dans les affaires intérieures libyennes.

Toutefois, les conséquences de cet engagement sur le terrain restent incertaines: les deux rivaux directs, Fayez al-Sarraj, le chef du Gouvernement d’union (GNA) reconnu par l’ONU à Tripoli, et son rival qui contrôle l’est libyen Khalifa Haftar, ont refusé de se rencontrer à Berlin. Ils ne participent pas non plus à la réunion d’Alger.

Et preuve que la situation reste tendue: Mitiga, le seul aéroport fonctionnel de Tripoli, a fermé de nouveau mercredi soir après des menaces des forces pro-Haftar.

Le chef de la diplomatie du Mali assiste lui à la rencontre d’Alger « au vu des implications de la crise libyenne sur ce pays voisin », selon un communiqué officiel algérien. En revanche, le Maroc est absent.

data-ad-slot="2140806877">

« Tous demandent la médiation de l’Algérie. C’est encourageant (…). La paix en Libye est synonyme de paix chez nous », a expliqué mercredi soir le président algérien Abdelmadjid Tebboune lors d’une conférence de presse.

Invité à Berlin, M. Tebboune avait proposé d’héberger un « dialogue » entre les parties libyennes.

Soucieuses de rester à égale distance des deux camps et hostiles à toute ingérence étrangère, les autorités algériennes ont multiplié les consultations pour tenter de contribuer à une solution politique.

Partageant près de 1.000 km de frontière avec ce pays et vue comme un acteur clé en vue d’un règlement des crises en Libye et au Sahel, l’Algérie a reçu mardi le chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian, qui s’est félicité des « initiatives diplomatiques » algériennes.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan, qui soutient le GNA en Libye, est lui attendu dimanche à Alger.



À LA UNE
Retour en haut