International › AFP

Les principales réactions internationales à la situation au Venezuela

Pas d'image

Voici les principales réactions internationales à la situation au Venezuela, où l’opposant Juan Guaido a revendiqué mardi le soutien de « soldats courageux » depuis une base militaire de Caracas, le gouvernement dénonçant de son côté une « tentative de coup d’Etat ».

– Rejoindre « le bon côté » (Colombie) –

Le président colombien Ivan Duque a appelé l’armée vénézuelienne à rejoindre Juan Guaido.

« Nous lançons un appel aux soldats et au peuple du #Venezuela pour qu’ils se placent du bon côté de l’Histoire et rejettent la dictature et l’usurpation » du pouvoir par le président Nicolas Maduro, a écrit le chef de l’Etat colombien de droite sur son compte Twitter.

– « Tentative de coup d’Etat » (Bolivie) –

Le président bolivien Evo Morales a « fermement » condamné ce qu’il a qualifié de « tentative de coup d’Etat ».

« Nous condamnons fermement la tentative de coup d’État au Venezuela, par la droite soumise aux intérêts étrangers », a écrit Evo Morales, allié politique de Nicolas Maduro, sur son compte Twitter.

Nous sommes « sûrs que la valeureuse Révolution bolivarienne dirigée par notre frère Nicolas Maduro s’imposera face à cette nouvelle attaque de l’empire », a-t-il ajouté, en référence aux Etats-Unis.

– Eviter toute « effusion de sang » (Espagne) –

Le gouvernement espagnol a appelé mardi à éviter toute « effusion de sang », soulignant que la solution à la crise devait venir d’un « mouvement pacifique ».

« Nous souhaitons de toutes nos forces qu’aucune effusion de sang ne se produise. Nous appuyons un processus démocratique pacifique » et appelons « à la convocation immédiate d’élections », a déclaré devant la presse la porte-parole du gouvernement Isabel Celaa.

« La solution au Venezuela doit venir d’un mouvement pacifique (…). L’Espagne ne soutiendra jamais un coup d’Etat militaire », a-t-elle ajouté, en précisant que le chef du gouvernement socialiste Pedro Sanchez suivait la situation de « très près ».

– « Quête de liberté » (Etats-Unis) –

Les Etats-Unis ont affiché mardi leur soutien au peuple vénézuélien dans sa « quête de liberté », réaffirmant leur appui sans faille à l’opposant Juan Guaido.

« Aujourd’hui, le président par intérim Juan Guaido a annoncé le début de l’Opération Liberté », a tweeté le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo. « Le gouvernement américain soutient pleinement le peuple vénézuélien dans sa quête de liberté et de démocratie ».

– « Plonger le pays dans la violence » (Cuba) –

Le président cubain Miguel Diaz-Canel a dénonçé mardi la rébellion de soldats contre son allié Nicolas Maduro, auquel il a renouvelé son « ferme soutien ».

« Nous rejetons ce mouvement de coup d’Etat qui cherche à plonger le pays dans la violence « , a écrit le dirigeant cubain sur Twitter.

– « Résolution pacifique » (Royaume-Uni)-

Le gouvernement britannique, l’un des premiers en Europe à reconnaître Juan Guaido comme « président constitutionnel intérimaire » du Venezuela en février, a appelé mardi à une « résolution pacifique » de la crise.

« Nous nous concentrons sur la résolution pacifique de la crise et le rétablissement de la démocratie vénézuélienne. Le peuple vénézuélien mérite un avenir meilleur, il a assez souffert et le régime de Maduro doit cesser », a déclaré à la presse une porte-parole de la Première ministre Theresa May.

– « Mouvement positif » (Brésil) –

Le ministre Brésilien des Affaires étrangères Ernesto Araujo a estimé mardi « positif » le ralliement de militaires vénézuéliens à l’opposant Juan Guaido.

« Le Brésil continue à soutenir le processus de transition démocratique et espère que les militaires vont prendre part à ce processus », a-t-il ajouté.

– « Confrontation par la force » (Russie) –

La Russie a accusé mardi l’opposition menée par Juan Guaido et soutenue par les Etats-Unis de provoquer la confrontation au Venezuela, mettant en garde contre un bain de sang.

« L’opposition radicale au Venezuela a une fois de plus recours à une confrontation par la force », a déclaré le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué, accusant les opposants au président Nicolas Maduro d' »attiser » le conflit.

« Il est important d’éviter le désordre qui pourrait mener à un bain de sang », a-t-il ajouté, appelant à des pourparlers.

– « Moyens non démocratiques » (Turquie) –

La Turquie a assuré qu’elle était « opposée aux tentatives pour changer les gouvernements légitimes par des moyens non démocratiques », dans un communiqué citant le ministre des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu.

Video

Vos paris sportifs
1xbet
Zapping CAN 2019
À LA UNE
Retour en haut