Politique › Partis politiques

Les massacres des civils à Beni : Adolphe Muzito souhaite que la MONUSCO soit dotée de plus de moyens

Adolphe Muzito

Adolphe Muzito actuel coordonnateur  de Lamuka, a changé lundi 9 décembre dernier  avec Leila Zerrougui, représentante spéciale du secrétaire général de l’ONU, sur les violences dans l’est de la République Démocratique du Congo.

Après des manifestations des colères  contre la mission des Nations unies en RDC, Adolphe Muzito, actuel coordonnateur de la plateforme politique Lamuka, ne cache pas son pessimisme concernant la grande offensive de l’armée lancée contre les groupes armés depuis plus d’un mois. « Cette rupture de confiance de la population vis-à-vis de la MONUSCO , vis-à-vis des institutions du pays parce que illégitimes, vis-à-vis de nos troupes, c’est une chose grave et on ne peut pas gagner la guerre dans ces conditions », a estimé Adolphe Muzito.

Leila Zerrougui représentante spéciale du secrétaire général de l’ONU en RDC, a pour sa part  appelé à l’implication de tout le monde – pouvoir, armée, opposition, société civile – pour reconquérir la confiance de la population et sa collaboration. Selon elle, les défis sont énormes. « Nous ne sommes plus la plus grande mission de l’ONU dans le monde, déplore-t-elle. On est dépassés par la mission du Mali, la mission du Sud-Soudan. Nous sommes classés troisième alors que nous sommes déployés dans un pays-continent ».

La coalition Lamuka, souhaite que la mission onusienne soit dotée de plus de moyens. « Il est urgent qu’on lui donne le maximum de moyens de manière à ce que la MONUSCO continue, plaide-t-elle.

Selon Muzito, «  si la MONUSCO part, ce sera la catastrophe. Ceux qui aujourd’hui prennent prétexte pour manipuler la population, même si sa colère est réelle et légitime, voudront profiter de cette situation pour créer le chaos en RDC ».

 

 



Bon plan
Publié le 26.02.2020

Monument à la gloire des soldats congolais

C'est un mémorial érigé en l'honneur des soldats congolais. Il y a trois soldats représentés sur ce monument. Ce sont trois hommes de plus ou…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Kinshasa et recevez gratuitement toute l’actualité

Retour en haut