International › APA

Législatives béninoises : un taux de participation de 22,4% (Société civile)

Pas d'image

Le taux de participation aux élections législatives du 28 avril 2019 au Bénin est de 22,4%, a révélé, lundi à Cotonou, la Plateforme Electorale des Organisations de la Société Civile.« Dans l’histoire des élections législatives au Bénin depuis 1990, les taux  de participation se situent entre 52% (législatives de 1991) et 76% (législatives de 1995). Avec les législatives de 2019, sur les 226 971 électeurs inscrits dans les bureaux de vote suivis, 50 900 votants se sont présentés. Ce qui donne un taux de 22,4% », a expliqué la Plateforme Electorale des Organisations de la Société civile.

Au cours d’un point de presse faisant le bilan du déroulement des législatives, la structure note : « Le dimanche 28 avril 2019, les Béninois se sont rendus aux urnes pour des élections législatives polémiques et particulièrement sensibles. Des élections qui se sont tenues avec des scènes de violences globalement dans le centre et le nord du pays ».

D’après cette organisation de la société civile chargée du monitoring des législatives 2019, « les chiffres expriment une situation inédite de taux allant de 1,25% de participation à 63,87% de participation d’une localité à une autre ».

Elle note au total 206 incidents sur l’ensemble du territoire national. Des incidents qui vont de la séquestration d’un officier des forces armées à la destruction du matériel électoral, des équipements et autres biens, en passant par les entraves à l’ouverture des bureaux de vote et aux accrochages entre militants des partis.

Par ailleurs, la Plateforme a déploré la restriction de l’accès à l’Internet sur toute l’étendue du territoire national ainsi que la coupure de l’appel téléphonique à l’international dans la soirée du jour du scrutin.

Au regard de la situation électorale, la Plateforme  recommande au gouvernement d’évaluer la pertinence et le maintien ou non en l’état de certaines dispositions difficiles d’application de la Charte des partis politiques et du Code électoral, de veiller à ce que les agents publics appelés à jouer des rôles importants dans le processus électoral agissent dans le respect de l’égalité de tous devant la loi et du respect des droits humains.

A l’endroit de la Commission Electorale Nationale Autonome (Cena), il est recommandé de partager avec le public l’évaluation des pertes subies du fait de la destruction du matériel électoral et autres, de renforcer la collaboration avec la société civile, notamment en ce qui concerne la sensibilisation des populations et la vulgarisation de la loi électorale  et d’apprécier la situation sur toute l’étendue du territoire national afin de décider en toute équité et en toute impartialité.

Video
À LA UNE
Retour en haut