International › AFP

Le Soudan doit rejoindre la CPI, la chute de Béchir pas un « coup d’Etat » (opposant)

Pas d'image

Le chef du principal parti d’opposition au Soudan, Sadek al-Mahdi, a affirmé samedi que son pays devrait rejoindre immédiatement la Cour pénale internationale (CPI), qui a émis des mandats d’arrêt pour génocide contre le président déchu Omar el-Béchir.

S’adressant aux journalistes à Khartoum, M. Mahdi a en outre déclaré que la destitution et l’arrestation le 11 avril par l’armée du général Béchir, sous la pression de la rue, n’était « pas un coup d’Etat ».

Ce chef du parti Oumma, devenu le principal leader de l’opposition au Soudan, avait été évincé du pouvoir en 1989 par le coup d’Etat de M. Béchir alors qu’il était le dernier Premier ministre démocratiquement élu dans ce pays pauvre d’Afrique.

« Il n’y a plus d’objection à répondre à nos demandes (de rejoindre la CPI) et nous devrions le faire immédiatement », a indiqué M. Mahdi.

La CPI a lancé des mandats d’arrêt contre l’ex-président soudanais pour qu’il réponde d’accusations de génocide, crimes de guerre et contre l’humanité lors du conflit au Darfour, une région occidentale du Soudan.

M. Béchir, 75 ans, a toujours rejeté ces accusations.

Pour rejoindre la CPI chargée de juger les pires violations du droit humanitaire dans le monde et basé à la Haye, le Soudan doit ratifier son traité fondateur, le Statut de Rome en devenant ainsi un « Etat partie ».

Les manifestations déclenchées le 19 décembre dernier avaient coïncidé avec le retour d’exil de M. Mahdi, poussé à l’exil à plusieurs reprises.

Le Soudan est gouverné par un Conseil militaire de transition depuis la mise à l’écart de M. Béchir.

– « Revendications populaires » –

Pour le chef de l’opposition, « ce qui s’est passé au Soudan n’est pas un coup d’Etat » mais une situation dans laquelle les forces armées « ont pris le parti des revendications populaires ».

Depuis le 6 avril, les manifestants sont rassemblés jour et nuit devant le QG de l’armée à Khartoum, dans le prolongement d’un mouvement de protestation déclenché le 19 décembre pour dénoncer initialement le triplement du prix du pain dans ce pays confronté à une crise économique, avant de se muer en contestation contre Omar el-Béchir.

Les manifestants ont décidé de maintenir leur sit-in après le départ de M. Béchir afin d’obtenir le transfert du pouvoir à une autorité civile. Ils réclament aussi le jugement de M. Béchir et des principaux responsables de son régime.

« Il est possible de se mettre d’accord sur (la mise en place) d’une autorité civile avec le Conseil militaire, car ce dernier n’a pas planifié de coup d’Etat », a dit M. Mahdi. Mais il a souligné que son parti ne se joindrait pas au gouvernement civil de transition.

Samedi, un comité conjoint regroupant les représentants de la contestation et ceux du Conseil militaire a tenu sa première réunion, selon l’Alliance pour la liberté et le changement (ALC), réunissant les partis politiques et groupes de la société civile menant la contestation. La parti Oumma fait partie de l’ALC.

– « Programme de redressement » –

La mise en place du comité conjoint a été annoncée mercredi.

Les leaders de la contestation se sont réunis à plusieurs reprises avec le Conseil militaire de transition qui a pris le pouvoir pour deux ans, sans parvenir à une percée.

Dirigé par le général Abdel Fattah al-Burhane, le Conseil militaire a jusqu’à présent résisté aux appels à céder le pouvoir, y compris ceux de la communauté internationale. Trois des dix membres du Conseil militaire ont toutefois démissionné mercredi.

Selon un porte-parole de l’ALC vendredi, Rashid al-Sayed, une période de transition de quatre ans sera nécessaire à la mise en oeuvre d’un « programme de redressement » permettant au Soudan de sortir de la crise.

Le pays est confronté à une situation économique désastreuse. Amputé des trois quarts de ses réserves de pétrole depuis l’indépendance du Soudan du Sud en 2011, il fait notamment face à un grave déficit en devises étrangères.

Video

Vos paris sportifs
1xbet
Zapping CAN 2019
À LA UNE
Retour en haut