International › AFP

Le Benin élit ses députés en l’absence de l’opposition

Pas d'image

Le Bénin a commencé a voté dimanche pour élire ses 83 députés, dans un scrutin où seuls deux partis proches du pouvoir ont pu présenter des candidats, et où l’on craint des perturbations et une très forte absentation en signe de protestation.

Les rues de Cotonou, la capitale économique de ce petit pays d’Afrique de l’Ouest, étaient particulièrement calmes et tous les marchés et magasins étaient fermés, ont constaté les journalistes de l’AFP.

Dans les bureaux de vote, ouverts depuis 7h00 (06H00 GMT), l’affluence était très timide.

« Les populations ne sortent pas, mais c’est à cause des cultes du dimanche », a justifié Jacques Noutaïs, représentant de la Céna (Commission électorale), à Zè, à une trentaine de kilomètres de Cotonou.

Les principaux partis d’opposition ont demandé à leurs supporters de boycotter le scrutin, où ils n’ont pas pu présenter de candidats pour des raisons administratives.

Le parlement a approuvé fin 2018 la mise en place d’un nouveau code électoral pour simplifier le paysage politique et empêcher la prolifération des partis (plus de 250 dans un pays de 12 millions d’habitants).

Toutefois, même les principaux mouvements de l’opposition ne sont pas parvenus à remplir les conditions imposées par la Céna.

Des échauffourées ont éclaté samedi en fin de journée. Plusieurs routes, vers Calavi ou à Savè (département des Collines, fief de l’ex-président Boni Yayi), ont été bloquées par des manifestants en colère.

Tous les réseaux sociaux ont également été suspendus à partir de minuit, sans prévenir. Le porte-parole de la présidence avait affirmé à l’AFP jeudi que la question de couper internet n’avait « pas été discutée ».

« Je ne pense pas que l’on ira jusque là, cela ne fait pas partie de nos pratiques. Mais il y a beaucoup d’intox qui circulent sur les réseaux sociaux, il faut être vigilant pour notre sécurité », avait déclaré Wilfried Houngbedji.

« La vague d’arrestations arbitraires de militant(e)s politiques et de journalistes et la répression des manifestations pacifiques ont atteint un niveau alarmant au Bénin », s’est inquiété Amnesty International dans un communiqué publié vendredi soir.

Cinq millions de Béninois sont inscrits sur les listes électorales, et ont jusqu’à 16h00 pour choisir entre le Bloc Républicain et l’Union Progressiste, deux mouvements proches du président Patrice Talon, accusé d’avoir mis à l’écart tous ses adversaires politiques depuis son arrivée au pouvoir en avril 2016.

Le Bénin avait la réputation d’être un exemple démocratique en Afrique de l’Ouest et c’est la première fois depuis l’avènement de la démocratie en 1991 que l’opposition n’a pas de représentation aux élections.

Video

Vos paris sportifs
1xbet
Zapping CAN 2019
À LA UNE
Retour en haut