International › APA

La réplique de la présidente de l’OFNAC au procureur de la République fait la Une des quotidiens sénégalais

Pas d'image

Les quotidiens sénégalais parvenus ce mercredi à APA traitent, pour l’essentiel, de la sortie de la présidente de l’Office national de lutte contre la corruption (OFNAC), Seynabou Ndiaye Diakhaté, qui invite le procureur de la République à prendre ses responsabilités dans le traitement des dossiers d’enquête qui lui ont été transmis.« L’OFNAC renvoie Bass à ses textes » dans le traitement du dossier des malversations au Centre des œuvres universitaires de Dakar (COUD), titre Enquête avant d’affirmer que l’ONFAC « met le parquet devant ses responsabilités ».

Le procureur de la République Serigne Bassirou Guèye avait, en effet, annoncé lors de sa conférence de presse tenue le 12 juin dernier, que le rapport 2018 que l’Office national de lutte contre la fraude et la corruption (Ofnac), consacré à la gestion du Centre des oeuvres universitaires de Dakar (COUD), avait été retourné à l’envoyeur pour non-respect du principe de contradiction.

« Nous avons eu beaucoup de difficultés dans l’exploitation de ce rapport », avait dit Serigne Bassirou Guèye, soulignant que « ce rapport fait état d’une malversation incriminant notamment le chef du service approvisionnement du COUD autour de la somme de plus de 127 millions de FCFA ».

« Le dossier du Centre des œuvres universitaires de Dakar (Coud) a été transmis au procureur depuis 4 ans. Lui-même a dit avoir reçu 19 rapports de l’Ofnac. Aucun de ces dossiers n’a été exploité. Je l’invite plutôt à exploiter les dossiers reçus de l’Ofnac pour prendre une décision », a rétorqué, hier, Seynabou Ndiaye Diakhaté, avant d’inviter le procureur « à exploiter » ces dossiers « pour prendre une décision ».

Cela fait dire à SudQuotidien que « Seynabou Ndiaye Diakhaté +clashe+ Serigne Bass ». « La présidente de l’OFNAC n’apprécie pas la sortie du procureur de la République Serigne Bassirou Guèye sur les dossiers transmis par sa structure (…) elle a exprimé tout son étonnement sur les explications données par le chef du parquet sur les lenteurs notées dans le traitement judiciaire des affaires visées », écrivent nos confrères.

« L’OFNAC renvoie la balle au Parquet », titre de son côté Vox Populi, ajoutant que « Seynabou Ndiaye Diakhaté demande à Serigne Bassirou de prendre ses responsabilités ».

A travers cette sortie, Le Quotidien voit plutôt un « Coup de COUD de Seynabou à Bass ». Et le journal de mentionner en sous-titres ces déclarations de la présidente de l’Ofnac : « Le procureur n’a pas à nous retourner le dossier (du COUD) ; il n’a qu’à saisir son Juge d’instruction. L’Ofnac a fait son travail dans le respect des règles ».

« Mme Seynabou Ndiaye Diakhaté rejette d’un revers de la main les arguments du procureur de la République Serigne Bassirou Guèye, selon lesquels le principe du contradictoire n’a pas été respecté dans l’enquête de l’Ofnac relative aux détournements supposés au COUD que dirigeait Cheikh Oumar Hann, actuel ministre de l’Enseignement supérieur », écrit le journal.

Sur un tout autre sujet, le quotidien national Le Soleil revient sur le mouvement du personnel enseignant et arbore ce titre : « 78 000 demandes pour 19 596 postes vacants ».

Video

Vos paris sportifs
1xbet
Zapping CAN 2019
À LA UNE
Retour en haut