International › APA

La croissance du Cameroun en 2019 «légèrement moins que prévu» (FMI)

Le Fonds monétaire international (FMI) estime la croissance du Cameroun en 2019 à 3,9%, «soit légèrement moins que prévu» à savoir 4,2% contre 4,1% en 2018.Achevant, vendredi dernier, sa 5ème mission de revue de la mise en œuvre de la facilité de crédit élargie (FEC) débutée le 28 octobre, l’institution financière constate que les résultats financiers de l’année en cours sont confrontés à des difficultés croissantes consécutives à la sécurité, à la mise en œuvre tardive des nouvelles mesures fiscales ainsi qu’aux difficultés financières de la Société nationale de raffinage (Sonara), fortement endettée et victime, en fin mai dernier, d’un grave incendie ayant décimé l’essentiel de son plateau de production.

Les perspectives économiques du pays à moyen terme restent positives, note la mission de revue, la croissance hors secteur pétrolier devant s’accroître progressivement de 6,0% après trois ans de ralentissement, grâce à l’achèvement des investissements dans les projets d’infrastructures et d’énergie et à la résolution progressive de la crise sécuritaire.

L’activité non pétrolière du Cameroun devrait s’atténuer à 3,8% en 2019, contre 4,4% en 2018 alors que l’inflation reste faible, mais tend à passer de 1,1% en 2018 à 2,3% en septembre 2019, principalement du fait de la hausse des prix des denrées alimentaires.

Dans le même temps, l’assainissement budgétaire (2020-2021), associé à un rapatriement accru des devises, devrait permettre de continuer à reconstituer les réserves de la Banque des États de l’Afrique centrale (BEAC). De même, les réformes structurelles visant à accroître l’efficacité des investissements publics, à renforcer les entreprises publiques et à soutenir le développement du secteur privé, soutiendront les perspectives de croissance.

S’agissant desdites réformes, qui avancent «bien que lentement», le FMI indique que les autorités envisagent d’élargir l’assiette des recettes non pétrolières, de réduire les risques liés aux passifs éventuels, et de préserver la viabilité de la dette, notamment en continuant d’accroître la part des emprunts concessionnels dans les nouveaux emprunts.

L’équipe du FMI indique être parvenue à un accord avec les autorités camerounaises sur les mesures économiques et financières pouvant favoriser l’approbation de la 5ème revue de leur programme sur 3 ans au titre de la FEC. Son conseil d’administration pourrait, à mi-décembre prochain, procéder à un 6ème décaissement d’environ 76,5 millions de dollars en faveur du pays, sur un total d’environ 667,8 millions de dollars dans le programme triennal approuvé le 26 juin 2017.

style="display:inline-block;width:336px;height:280px" data-ad-client="ca-pub-9760088965124508" data-ad-slot="2140806877">


À LA UNE
Retour en haut